l'homme qui a vu l'homme

Janvier 2009. Alors que la tempête Klaus a ravagé le sud-ouest, un homme, Joskin Sasco, disparaît. Iban Urtiz, journaliste fraîchement revenu au Pays Basque, s'intéresse à cette affaire : à qui profite le crime ? Qui est réellement derrière cette disparition ?

Voilà un roman que j'ai du mal à critiquer, pour la simple et bonne raison que j'ai laissé passer trop de temps entre la fin de ma lecture et cette chronique. Néanmoins, je sais que je l'ai apprécié. Il va donc maintenant falloir vous expliquer pourquoi !

Marin Ledun, on en a déjà parlé sur ce blog. La première fois, c'était pour un roman inspiré par son expérience chez France Télécom, Les visages écrasés, la deuxième fois pour l'un de ses premiers polars, La guerre des vanités. Ici, on a à faire à un roman largement plus aboutit que les précédents que j'ai lu, qui marque par l'importance de la documentation préalable et le réalisme du sujet. Car en faisant quelques recherches sur internet, j'ai rapidement découvert que l'histoire de L'homme qui a vu l'homme est directement inspiré de la mort d'un militant basque survenue en 2009.

Marin Ledun nous livre un roman noir qui cherche plus à nous faire comprendre ce qui se joue, qui a fait quoi, avec qui et pourquoi, quels sont les mécanismes souterrains à l'oeuvre, qu'à nous apporter des réponses. Il soulève des lièvres, suggère des choses, mais le lecteur restera parfois sur sa faim en refermant ce roman (j'aurai pour ma part par exemple comprendre un peu plus l'histoire d'Iban...). Les autorités françaises comme espagnoles en prennent pour leur grade, leur face sombre est parfois tout aussi importante que celle des terroristes basques, mais Marin Ledun réussit à introduire une humanité chez ses personnages.

Alors effectivement, on ne peut que condamner les manières d'agir de part et d'autre, mais Marin Ledun dévoile aussi la détresse des proches, des amis, des frères et soeurs, des parents de ces militants qui osent risquer leur vie face à des policiers aux méthodes parfois interpellantes... Et si vous vous dites que tout cela n'est qu'inventé, une petite recherche sur l'affaire Jon Anza vous démontrera que parfois, la fiction rejoint la réalité...

Amateurs de polars socio-politiques, filez vite lire ce nouvel opus d'un auteur français vraiment talentueux...

Ce qu'on en dit ailleurs :

  • La biblio de Gaby : "Un écrivain avec une envergure étonnante et qui ne fait pas que nous raconter une histoire bien ficelée. Il fait plus et il explose nos convictions."
  • A propos de livres : "A partir de témoignages et d'archives Marin Ledun a réussi à écrire un roman noir palpitant tout en dénonçant les injustices dont certains militants basques ont été victimes."
  • 4 de Couv : "Un livre ambitieux, à l'image d'un romancier qui s'emploie roman après roman à devenir une voix incontournable dans le paysage du polar actuel."

Texte © Miss Alfie 2014.
Édition présentée : L'homme qui a vu l'homme, Marin Ledun, Éditions Ombres noires, 2014, 463 pages.