Miss Alfie, croqueuse de livres... & Compagnie !

Carrousel
jeudi 21 février 2019

Sacrées sorcières - Roald Dahl

Sacrées sorcièresExtrait de la quatrième de couverture : Les vraies sorcières sont habillées de façon ordinaire. En fait, elles ressemblent à n'importe qui. Il faut savoir qu’une sorcière peut très bien être votre voisine ou la meilleure amie de votre mère et si on ajoute à cela qu’elle passe son temps à dresser les plans les plus démoniaques pour attirer les enfants dans ses filets, il y a de quoi se méfier et vous comprenez pourquoi ce livre vous est indispensable !

De temps en temps, s'ouvrir un roman jeunesse, ça fait le plus grand bien. Surtout quand c'est du Roald Dahl. On plonge alors dans un univers foutraque et drôle, un peu flippant quand même si on y regarde bien, mais dans lequel la magie et le pouvoir de l'enfance l'emportent.

Si vos enfants n'ont pas encore eu le plaisir de rencontrer les sorcières de Roald Dahl, il ne faut pas tarder à les initier : ils découvriront d'excellentes recettes pour transformer les gens en souris, apprendront comment dresser des souris (phobiques, s'abstenir), et n'auront plus du tout envie ni de manger des bonbons ni d'aller prendre un bain (dans l'un des deux cas, les parents n'apprécieront probablement pas !)...

Au final, ce roman se savoure avec un sourire en coin. On se demande comment le petit garçon qui nous raconte l'histoire va s'en sortir, mais ce n'est pas moi qui vous en dirai plus !

Texte © Miss Alfie 2019.
Couverture : Sacrées sorcières, Roald Dahl, traduit de l'anglais par Marie-Raymond Farré, illustré par Quentin Blake, éditions Gallimard, collection Folio junior, 2007, 240 pages.

Posté par Miss Alfie à 07:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


lundi 18 février 2019

Je te vois reine des quatre parties du monde - Alexandra Lapierre

Je te vois reine des quatre parties du monde

Extrait de la quatrième de couverture : En 1595, [Doña Isabel Barreto] part de Lima avec quatre galions en quête du cinquième continent : l’Australie. Elle traverse le Pacifique, couvrant près de la moitié du globe sur une route maritime inexplorée. Au fil de ses découvertes, elle va devoir affronter la violence et tenir tête à la mort. Elle aimera follement deux hommes qui partageront son ambition. Mais, pour survivre, elle accomplira des actes qu’elle ne pourra jamais se pardonner…

On ne se refait pas : quand on aime les romans historiques, on y revient ! Mais avec le temps, et vous m'avez déjà vu l'écrire, j'ai de plus en plus de goût pour les romans historiques réels, pour ces récits qui font revivre des hommes et des femmes ayant réellement existé, et pour certains changé en partie le cours de l'Histoire. Avec ce roman fort documenté, Alexandra Lapierre fait revivre la première femme amirale de l'Armada espagnole et nous entraîne à sa suite sur les mers de l'hémisphère sud au 16e siècle.

Pages après pages, Alexandra Lapierre brosse le portait d'une femme en décalage avec son époque, une femme élevée par son père comme un garçon et qui en retire une force et une audace qui la serviront tout au long de son histoire. J'avoue que le début du récit qui donne la parole à sa soeur m'a interloquée. Je n'ai pas saisi l'intérêt de ce procédé narratif, mais il permet à l'autrice du roman de varier les points de vue sur ce personnage particulier, pour lequel on oscille entre fascination et antipathie.

Au fil des rencontres et des voyages d'Isabel Barreto, c'est une plongée dans le monde du 16e siècle, dans les colonies espagnoles, dans la dureté des voyages en mer, dans l'ambition des conquistadors, c'est une immersion dans un monde lointain mais fascinant tant cette époque a révolutionné la conception et la connaissance du monde. 

Un roman qui ravira les adeptes du genre, à glisser dans sa valise quand on se rend au Pérou ou dans les îles du Pacifique !

Texte © Miss Alfie 2019.
Couverture : Je te vois reine des quatre parties du monde, Alexandra Lapierre, éditions Pocket, 2014, 648 pages.

Posté par Miss Alfie à 07:30 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

jeudi 14 février 2019

Nymphéas noirs - Duval, Bussi, Cassegrain

Nymphéas noirsDans le joli village de Giverny, un homme est retrouvé mort dans un ruisseau. Qui en voulait à ce point à cet ophtalmologiste pour l'assassiner ainsi ? C'est ce que va tenter de découvrir le jeune inspecteur dépêché sur place. Mais trois femmes vont s'en mêler...

Encore une fois, c'est sur les conseil du dealer de BD que je suis rentrée chez moi avec cet album. J'avoue, j'avais un a priori sur Bussi, auteur prolifique de romans policiers à succès et dont l'homme avec lu le premier roman sans en garder un souvenir impérissable. Néanmoins, j'ai été tentée par le graphisme de cet album, en plein esprit impressionniste.

Nymphéas noirs pl2Nymphéas noirs pl1

Au fil des 144 pages de cette adaptation, Didier Cassegrain met en image l'intrigue créée par Michel Bussi et adaptée par Fred Duval. Je suis incapable d'évaluer la fidélité ou la pertinence de l'adaptation, n'ayant pas lu le roman, mais je dois avouer que je me suis laissée embarquée par l'histoire et n'ai pas vu les quelques indices que le dessinateur a pu glisser ici et là, me retrouvant prise par surprise par la résolution finale. 

Est-ce le fait de lire moins de policiers et de thriller ? Est-ce le talent de Bussi ou plutôt celui du duo qui l'a adapté ? Je ne saurai dire, même si je tire mon chapeau au dessinateur : non seulement il offre un album de toute beauté, bel hommage à l'esprit des nymphéas de Monet, mais en plus son trait réussit à brouiller les pistes et à perdre le lecteur... La preuve : il m'aura fallu feuilleter à nouveau et attentivement l'album pour voir de légers (très légers) indices qui auraient pu m'aiguiller sur le twist final ! Bref, une excellente découverte !

Nota Bene : si cette chronique avait été rédigée par l'homme, elle aurait probablement été d'une toute autre facture au regard de son sentiment après lecture... Qui pour sa part ne l'aura pas fait changer d'avis sur Bussi... Le plus simple est peut-être que vous vous y plongiez pour vous faire votre propre avis ! 

Texte © Miss Alfie 2019.
Couverture et planches : Nymphéas noirs, Fred Duval, Didier Cassegrain, adapté de Michel Bussi, éditions Dupuis, collection Aire libre, 2019, 144 pages.

Posté par Miss Alfie à 07:30 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

lundi 11 février 2019

Le chant des plaines & Les gens de Holt County - Kent Haruf

Le chant des plaintesLes gens de Holt County

Holt County, petite ville du Colorado. Une jeune femme chassée de chez elle, un professeur séparé de sa femme et élevant seul ses deux garçons, deux frères célibataires dans un ranch en périphérie de la ville... Autant de destins qui vont se croiser et se lier.

J'ai choisi de vous parler de ces deux ouvrages au sein d'un seul article, car les deux sont liés. Le second se passe quelques années après le premier, mais on y retrouve quelques un des personnages rencontrés précédemment, auxquels de nouveaux portraits s'ajoutent.

En ouvrant Le chant des plaines, je pensais tomber sur une histoire de cow-boys, de ranchs et de campagne américaine. Mais finalement, Kent Haruf va au-delà de ça pour nous raconter la vie d'êtres humains comme vous et moi. Il nous plonge dans le quotidien d'une petite ville américaine à travers une galerie de personnages qui n'ont rien d'exceptionnels, qui vivent leur vie avec ses galères et ses joies, et qui vont parfois se retrouver confrontés au bonheur sans s'y attendre.

Le chant des plaines et Les gens de Holt County sont deux romans pleins d'humanité, de délicatesse et de pudeur. Pas de voyeurisme, pas d'excès, la juste touche d'émotion et de subtilité pour comprendre ces êtres bien souvent cabossés par la vie.

Texte © Miss Alfie 2019.
Couvertures : Le chant des plaines, Kent Haruf, traduit de l'anglais (USA) par Benjamin Legrand, éditions Robert Laffont, collection Pavillon Poche, 2014, 448 pages ; Les gens de Holt County, Kent Haruf, traduit de l'anglais (USA) par Anouk Neuhoff, éditions Robert Laffont, collection Pavillon poche, 2015, 490 pages.

Posté par Miss Alfie à 07:30 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

jeudi 7 février 2019

Batman White Knight - Sean Murphy, Matt Hollingsworth

Batman white knightEt si Batman devenait l'homme à abattre ? Et si le Joker devenait l'homme providentiel de Gotham City ?

Je sais, vous avez eu l'habitude de lire l'Homme pour ce genre de chroniques. Mais, au cas où vous ne l'auriez pas remarqué, l'Homme n'a plus très envie de chroniquer ses lectures. En revanche, il est toujours de bon conseil, notamment à la maison. Et quand il m'a mis entre les mains ce comic, j'ai dit "pourquoi pas, après tout !". Ayant vu deux des trois films réalisés par Christophe Nolan sur Batman, j'avoue avoir retrouvé dans cet album une ambiance similaire, visuellement comme scénaristiquement.

Dans cet histoire, Sean Murphy s'amuse à inverser les rôles. A force de braver la loi, théoriquement pour remettre les criminels à la police, Batman devient lui-même la cible des forces de l'ordre. Face à lui, le Joker trouve une solution médicamenteuse pour canaliser sa folie et se présente comme une alternative fiable à Batman. On retrouve ici la frontière floue entre le bien et le mal que Nolan mettait aussi en scène avec le personnage de Double Face dans The Dark Knight

Côté mythologie de Batman, j'avoue avoir été un peu surprise. Pour moi, Batman est un univers fictif mais pas fantastique : Batman n'a pas de super pouvoirs pour voler, mais de super gadgets pour l'aider, le Joker est un psychotique, etc. Or, ici, on retrouve des personnages récurrents de la Bible "batmanienne", notamment Gueule d'argile pour ne citer que lui qui fait clairement glisser dans l'univers fantastique. 

Si je n'ai pas saisi toutes les références à l'univers, Batman White Knight est un très bel album qui fait écho aux sujets en débat dans notre société (le regard des médias et les accusations de fake news par exemple...) et peut être lu par n'importe qui s'intéresse a minima à l'univers de Batman. Pour ma part, ce fut une excellente découverte en dehors de mes habitudes de lecture !

Texte © Miss Alfie 2019.
Couverture : Batman White Knight, Sean Murphy et Matt Hollingsworth, éditions Urban Comics, 2018, 240 pages.

Posté par Miss Alfie à 07:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,