Miss Alfie, croqueuse de livres... & Compagnie !

Carrousel
lundi 22 septembre 2014

Théorie de la Vilaine petite fille - Huber Haddad

vilaine petite fille

En 1848, dans un village de l'Etat de New York, deux soeurs découvrent qu'un esprit hantent la maison et entrent en contact avec lui par un savant jeu de coups. Kate et Maggie Fox viennent de donner naissance au spiritualisme. Bien vite, leur soeur aînée, Leah, comprend qu'une manne financière peut ressortir de cette nouvelle croyance.

Je tiens avant toute chose à remercier Hubert Haddad et sa maison d'édition pour la découverte de ce roman. Hubert Haddad a eu la sympathie de me le faire parvenir après l'obtention du Prix Océans pour Le peintre d'éventail, alors que je lui demandais vers quels autres de ses ouvrages il pouvait m'orienter. Autant vous prévenir tout de suite : ces deux romans sont très différents l'un et l'autre. Le premier nous entraînait au Japon, dans un univers assez contemplatif de remise en question et d'introspection. Le second nous fait (re)découvrir des personnages ayant été célèbre en leur temps et ayant créé un mouvement fortement suivi fin XIXe, début XXe.

Dans Théorie de la vilaine petite fille, qu'on pourrait sous-titrer "Grandeur et décadence des soeurs Fox", Hubert Haddad nous raconte une Amérique en pleine abolition de l'esclavage, où les communautés sont multiples et organisées autour de cultes plus ou moins sectaires. Tout individu semble devoir appartenir à une église, à un culte, sous peine d'être mis au ban de la société, et ces communautés se multiplient aussi vite que les découvertes en cette période foisonnante. Autant dire que lorsque Kate et Maggie débarquent à Rochester puis à New York, toutes les conditions sont réunies pour qu'une vague spiritualiste déferle sur l'Amérique.

"Si chaque puritain convaincu pouvait devenir ministre du culte dans l'une ou l'autre secte de l'église réformée avec un peu d'étude, il était plus aisé encore de servir la doctrine spiritualiste puisque nulle congrégation attestée n'en limitait l'exercice." (p. 241)

Autour des trois soeurs, gravitent quelques personnages dont l'intérêt m'a semblé parfois moindre mais qui prennent leur sens ponctuellement, au fil des années, croisant le chemin de Kate, Maggie et Leah. Si la troisième semble uniquement attirée par les gains substantiels que peuvent rapporter quelques exhibitions, les deux premières ont des personnalités bien plus troubles... Notamment Kate, décrite comme somnambule, très certainement psychiquement instable, et qui se met à croire en ses rêveries, au point de les rendre réelles...

"Un esprit, si j'ai bien compris, c'est un soupçon d'infini accroché à des impressions passées, ou plutôt l'ombre d'une âme pleine de regrets, et tout cela captif de notre étroitesse de créatures vivantes. A cause d'une mort violente, suicide ou assassinat, d'un chagrin immense ou d'un terrible contrariété au moment de gagner la porte de l'au-delà." (p. 151)

Dans ce roman qui raconte l'origine d'un phénomène qui eu de multiples adeptes et inspira de nombreux auteurs, Hubert Haddad profite de sa plume et de son talent littéraire pour nous conter une histoire émaillée de ritournelles et de comptines semblables à celles que Kate et Maggie devaient entonner pour appeler à elles Mister Splitfoot... Une histoire passionnante qui laisse une part d'ombre et pourra questionner les esprits les plus sceptiques.

Ce qu'on en dit ailleurs :

  • Clara et les mots : "Je n'ai pas réussi à cerner si Kate avait vraiment un don, à ressentir des émotions. Une déception..."
  • Sur la route de Jostein : "Le roman des sœurs Fox est une lecture riche qui m’a vraiment plongée dans l’atmosphère de cette Amérique mouvementée."

Challenge PAL
Une lecture qui s'inscrit dans le Challenge Destination PAL de Lili Galipette.

Texte © Miss Alfie 2013.
Édition présentée : Théorie de la vilaine petite fille, Hubert Haddad, Éditions Zulma, 2014, 400 pages.

Posté par Miss Alfie à 08:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


dimanche 21 septembre 2014

En route pour le marché

2013

Posté par Miss Alfie à 09:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

vendredi 19 septembre 2014

Une dernière danse - Victoria Hislop

une derniere dansePour fêter les 40 ans de son amie d'enfance, Sonia embarque avec Maggie à destination de Grenade. Le temps de quelques jours, les deux femmes vont prendre quelques cours de danse et découvrir l'histoire de la ville. Prise dans une relation conjugale de plus en plus délétère, Sonia se prend de passion pour l'histoire des Ramirez...

J'avais lu avec beaucoup de plaisir il y a quelques temps L'île des oubliés où Victoria Hislop nous emmenait à la découverte d'une famille crétoise marquée par l'histoire de la léproserie de Spinalonga. C'est donc avec beaucoup de curiosité que je me suis plongée dans le troisième roman de l'auteure traduit en français.

Une dernière danse reste dans le pourtour méditerranéen et nous emmène cette fois en Espagne. Victoria Hislop prend pour cadre historique la guerre d'Espagne qui ravagea et divisa profondément le pays dans les années 30. Pour mettre en scène cette saga familiale, nous rencontrons les Ramirez : Pedro et Concha tiennent un café fortement fréquenté, El Barril, et y élève leurs quatre enfants, Antonio, Ignacio, Emilio et Mercedes. Du moment où Sonia entre dans le café, 70 ans plus tard, le lecteur va se douter que le hasard fait assez bien les choses... Surtout dans les romans ! Oui, car j'ai bien l'impression que Victoria Hislop a déniché son filon qu'elle va user jusqu'à la corde : les secrets de famille et les ancêtres qu'on déniche alors que l'on ne s'y attendait plus...

En dehors de l'intrigue concernant Sonia, intrigue que j'ai trouvé facile, cousue de fils blancs et superficielle, le reste du roman est passionnant. Victoria Hislop met en scène la culture espagnole, de la tauromachie au flamenco, décrit la danse des toreros et matadors, et celle des danseuses avec la même passion et la même magie. L'aspect historique, au coeur de l'histoire des Ramirez, m'a semblé mille fois plus accessible que dans d'autres romans évoquant la guerre d'Espagne (comme La capitana par exemple, dans lequel cet aspect m'avait paru beaucoup plus complexe). Victoria Hislop n'hésite pas à remonter quelques années en amont, avant l'arrivée de Franco au pouvoir, et les événements de 1936 sont racontés via les personnages auxquels le lecteurs a pris le temps de s'attacher, d'une manière à la fois simple et romanesque.

Si ce n'est ce gros bémol concernant l'intérêt de l'historie de Sonia dans la saga de la famille Ramirez, Une dernière danse témoigne une fois de plus de la capacité brillante de Victoria Hislop à mettre en scène une historie passionnante dans laquelle amour, trahisons, passions et Histoire se mélangent à merveille. Un très beau voyage sous le ciel andalou.

Une lecture lecture commune avec Liliba !

Challenge PAL
Une lecture qui s'inscrit dans le Challenge Destination PAL de Lili Galipette !

Texte © Miss Alfie 2014.
Édition présentée : Une dernière danse, Victoria Hislop, traduit de l'anglais par Séverine Quelet, Éditions Les escales, 2014, 464 pages.

Posté par Miss Alfie à 07:30 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

jeudi 18 septembre 2014

Mise en abîme

2013

Posté par Miss Alfie à 09:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

mardi 16 septembre 2014

Volatile

2013

Posté par Miss Alfie à 09:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,



Fin »