Miss Alfie, croqueuse de livres... & Compagnie !

Carrousel
lundi 30 mai 2016

En attendant Bojangles - Olivier Bourdeaut

En attendant BojanglesEntre sa mère qui change de prénom tous les deux jours, son père qui tente inlassablement d'écrire un roman toujours refusé et la grue domestiquée qu'est Mademoiselle Superfétatoire, ce petit garçon apprend à mentir à l'envers et à l'endroit dans une vie comme une comédie. Jusqu'au jour où la folie amusante devient tragique.

Voilà un ouvrage dont on parle énormément depuis sa sortie début 2016. Publié par une petite maison d'édition bordelaise, Finitude, En attendant Bojangles est une histoire assez incroyable qui vous fera littéralement passer du rire aux larmes en l'espace de quelques mots, de quelques phrases.

Avec une jolie maîtrise de la langue française, des jeux de mots réguliers et bien maîtrisés, Olivier Bourdeaut propose un premier roman que certains lecteurs rapprochent de L'écume des jours de Boris Vian, à regret visiblement. Or, cela tombe bien, je n'ai jamais lu Vian. Impossible donc de dire si le monsieur s'en est inspiré ou non. Tout ce que je sais, c'est que ma liseuse numérique m'indique que j'ai mis moins de cinq heures pour lire cette histoire que je trouve merveilleuse.

Au début, j'ai cru à un livre "doudou", une histoire comme un jeu, une manière de rendre la vie légère, drôle et comique au quotidien. Pour cela, il fallait un père mythomane et une mère aux personnalités multiples. Et puis, sur quelques mots du père, l'histoire quitte peu à peu le registre comique pour verser dans le drame. Si le père a conscience de ses mensonges, de ses histoires, de ses affabulations, on réalise peu à peu que la mère vit dans un autre monde. Et si l'équilibre familial a pu être conservé à certains prix, il risque de basculer à tout moment.

En attendant Bojangles fait partie de ces lectures qui bouleversent. En racontant ainsi la folie, on ne sait s'il faut rire ou pleurer, mais je vous promets que les larmes me sont montées aux yeux à quelques reprises, devant le regard pas si enfantin ni si naïf qui porte ce roman. Un de mes premiers coups de coeur de 2016.

Texte © Miss Alfie 2016.
Couverture : En attendant Bojangles, Olivier Bourdeaut, éditions Finitudes, 2016, 160 pages.

Posté par Miss Alfie à 07:30 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , ,


dimanche 29 mai 2016

Crumble de rhubarbe et fraises

Au boulot, j'ai une collègue adorable qui m'apporte régulièrement des choses de son jardin. Avec le retour du printemps, la saison des branches de rhubarbe a redémarré, et j'ai en envie de changer des habituelles tartes que je fais avec pour un crumble mélangeant fraises et rhubarbe. Par contre, comme d'habitude, aucune idée de la quantité précise de fruits. Je sais juste que j'avais de quoi faire deux couches de rhubarbe et deux couches de fraises !

Pour cette recette, prévoir :

  • De la rhubarbe
  • Des fraises
  • 1 cuillère à soupe + 2 cuillères à café de sucre en poudre
  • 150 grammes de sucre roux
  • 150 grammes de farine
  • 60 grammes de poudre d'amande
  • 130 grammes de beurre

DSC_7959

Éplucher la rhubarbe et la couper en petits morceaux. La mettre à dégorger avec une cuillère à soupe de sucre dans une passoire pendant plusieurs heures.

Couper les fraises en petits morceaux.

Dans un plat à four, déposer une couche de rhubarbe, saupoudrer avec une cuillère à café de sucre puis ajouter une couche de fraises. Renouveler l'opération une seconde fois.

Dans un saladier, mélanger le sucre, la farine, la poudre d'amande et le beurre coupé en petits morceaux pour obtenir une pâte sablonneuse. 

Sur les fruits, déposer les morceaux de pâte.

Faire cuire 30 mn, four 180°.

DSC_7960

Bon appétit !

Texte et photo © Miss Alfie 2016. 

 

Posté par Miss Alfie à 09:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

vendredi 27 mai 2016

Rayon Hommes - Camille Saféris

Rayon hommes

Barnabé est vendeur dans un grand magasin au rayon bricolage, mais voilà que sa responsable a décidé de l'affecter au rayon "hommes", un rayon très particulier où des hommes sont proposés à la location et à la vente. Zoé, de son côté, n'en peut plus de faire une liste des hommes qui passent dans sa vie et enchaînent les défauts...

Ne vous fiez pas aux apparences de l'éditeur : si ce roman est bien sorti des presses de La Musardine, on est bien loin des romans érotiques où ça part dans tous les sens ! Rayon Hommes est plutôt une comédie romantique à peine crue par moment, mais sans rien de bien méchant ni choquant !

Si l'histoire est sympathique, j'ai regretté qu'elle soit, bien évidemment, téléphonée, et que l'auteur ne fasse pas l'effort d'adapter un peu plus son style selon qu'il s'intéresse à Zoé ou à Barnabé. Finalement, sur l'aspect littéraire, Partition pour un orgasme va peut-être se révéler excellent à la fin ! Oui, car monsieur Saféris, l'utilisation du pronom "on" à tout bout de champ dans un roman n'est pas toujours nécessaire, même si l'idée est de donner un style léger et comique à l'ensemble...

Bref, moi qui ouvrait ce roman pour avoir une comédie certes, mais érotique, j'en suis pour mon argent : ce n'est pas dans Rayon Hommes que j'ai réellement pu fantasmer sur ces garçons mis en location pour une durée plus ou moins longue dont j'ai à peine vu un poil de zob ! Remboursée !!!

Texte © Miss Alfie 2016.
Couverture : Rayon Hommes, Camille Saféris, édtitions Musardine, collection Lectures amoureuses, 2015, 249 pages.

Posté par Miss Alfie à 07:30 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

mercredi 25 mai 2016

Trente-six chandelles - Marie-Sabine Roger

trente-six chandellesMortimer doit mourir le jour de ses trente-six ans, à 11 heures du matin précisément. Il ne peut en être autrement puisque c'est le destin de tous les hommes de sa famille. Sauf que tout ne va pas se passer comme il le pensait : à 11 heures cinq, Morty est toujours vivant et la mort semble l'avoir oublié.

"Vivez, si m'en croyez,
N'attendez à demain,
Cueillez dès aujourd'hui
Les roses de la vie."

Voilà quatre vers de Ronsard auxquels le romans de Marie-Sabine Roger me fait penser. Quatre vers qui disent, tout comme cette histoire un peu farfelue, qu'il n'est jamais trop tôt ou trop tard pour vivre ses rêves, pour concrétiser ses envies et vivre.

Bourré d'humanité, comme les autres livres que j'ai eu l'occasion de lire de Marie-Sabine Roger, Trente-six chandelles raconte l'histoire d'un homme pris dans une mythologie familiale, qui va repousser ses projets ou les abandonner puisque, de toute façon, il mourra à 36 ans. Mais lorsque la malédiction familiale l'évite, la première question que Morty se pose est pourquoi ? En compagnie des truculents Nassardine et Paquita, le personnage raconte son histoire, celle de sa famille, et va peu à peu devoir refaire des projets.

C'est parfois loufoque, c'est très gentil et mignon, c'est drôle et distrayant. Bref, ça se lit comme un bon cocktail à siroter sous les premiers soleils du printemps : ça donne le sourire !

Texte © Miss Alfie 2016.
Couverture : Trente-six chandelles, Marie-Sabine Roger, Éditions du Rouergue, collection La Brune, 2014, 277 pages.

Posté par Miss Alfie à 07:30 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , ,

lundi 23 mai 2016

Sombre Sentier - Dominique Manotti

sombre sentier

Un cadavre est retrouvé dans un atelier du Sentier : que faisait cette très jeune Thaïlandaise en plein coeur de Paris ? La BT de l'allée du Désir va tenter de le découvrir.

Sombre sentier est le premier roman publié de Dominique Manotti, en 1995. J'ai découvert ce fait en cours de lecture, et j'avoue qu'il a éclairé certaines remarques que j'avais pu me faire en débutant ma lecture. 

Pour cette première histoire, Dominique Manotti met en place tous les ingrédients qui feront son succès par la suite : une question sociale (ici, la régularisation de travailleurs turcs employés dans des ateliers clandestins du quartier parisien du Sentier) qui vient se confronter à des préoccupations plus "triviales" (un trafic de mineures thaïlandaises prostituées) touchant des grands de ce monde, le tout avec une plume vive et une écriture sans fioritures... Quelques mots suffisent à Dominique Manotti pour créer une ambiance et décrire une atmosphère.

Sauf qu'à vouloir aborder tous ces thèmes en une seule fois, Dominique Manotti finit par offrir au lecteur un roman un poil fouilli, qui, même s'il démontre qu'elle est déjà talentueuse pour raconter le noir et le crime, m'a un peu perdu par moment. Ceci dit, pour qu'il apprécie l'auteur, voilà un roman qu'il faut découvrir... Et j'invite tous mes copains de VendrediLecture à s'y plonger : ils risqueront comme moi d'être surpris par les initiales de l'un des personnages répétées de manière très très régulière tout au long du livre !

Texte © Miss Alfie 2016.
Couverture : Sombre Sentier, Dominique Manotti, éditions Points, collection roman noir, 2011, 416 pages.

Posté par Miss Alfie à 07:30 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,