Miss Alfie, croqueuse de livres... & Compagnie !

Carrousel

Concours - L’extraordinaire voyage du Fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea

Oyez, oyez !

Les éditions Livre de poche publient le désormais célèbre roman de Romain Puertolas au titre interminable dont je vous ai parlé. A cette occasion, Livre de poche s'associe avec le blog et met en jeu 4 exemplaires du roman !

Promo fakir

Les conditions pour participer sont simples mais vont devoir faire travailler votre imagination...

Ce concours est ouvert jusqu'au dimanche 5 avril 2015 minuit aux résidents de France métropolitaine, Belgique et Suisse.

 

Pour y participer, il va falloir sortir vos smatphone, réflex ou compact puisque je vous invite à prendre une photo sur le thème "Coincé dans une armoire" (fakir ou pas fakir, Ikéa ou pas !).

Vous m'adresserez cette photo par mail à missalfie[at]gmail.com avec pour objet "Concours Fakir".

 

Le jury composé de l'homme et de moi-même examinera avec attention vos participations et sélectionnera les 4 photos les plus sympathiques. Les résultats seront publiés avec l'ensemble des photos dans le courant de la semaine suivante, avec mail individuel aux gagnants. Ces derniers devront y répondre en m'adressant leurs coordonnées dans les 7 jours, sans quoi leur lot sera remis en jeu !

Sur ce, vous savez ce qu'il vous reste à faire ! ;-)

Posté par Miss Alfie à 01:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


lundi 30 mars 2015

Conception - Chase Novak

Conception

Alex et Leslie ont tout pour être heureux : carrières réussies, magnifique maison à Manhattan, grandiose collection familiale d'antiquités. Mais il leur manque l'essentiel : un héritier à qui transmettre tout ça. Et tous les traitements existants n'y font rien : Alex et Leslie n'arrivent pas à concevoir un enfant. Jusqu'au jour où ils retrouvent par hasard un couple dans la même situation qu'eux : un médecin slovène ferait des miracles.
Mais dix ans plus tard, les jumeaux nés de ce voyage ne sont pas certains d'apprécier le dit miracle...

Le problème majeur des partenariats, c'est quand on se rend compte qu'on n'est pas du tout la cible adaptée pour un roman reçu. Genre : on aime les thrillers, mais les thrillers policiers, pas les thrillers qui viennent frôler avec le fantastique et l'horreur... Du coup, quand on se plonge dans un ouvrage reçu comme ça, pour découvrir la nouvelle filiale du Livre de Poche, Préludes, ben ça peut foirer... Et je ne vais pas vous mentir, c'est clairement ce qu'il s'est passé avec Conception

On ne peut pas enlever au livre le fait qu'il est efficace. Lu en quelques heures, l'auteur sait gérer l'intrigue, le rythme. On ne s'ennuie pas (pour peu qu'on adhère à l'histoire), on s'attacherai même presque à ces deux gamins de dix ans dans leur course folle dans New York.

Bon, après, côté intrigue en elle-même, je ne m'attendais pas du tout à ça, et j'ai rapidement hurlé devant les incohérences et l'irréalisme croissant... Alors si vous êtes un peu terre à terre, que Stephen King ou les histoires de loup-garous et autres bestioles bizarres ne vous branchent pas, passez votre chemin, allez lire un bon polar, et laissez Conception aux amateurs du genre qui sauront juger plus honorablement ce roman...

Texte © Miss Alfie, 2015.
Couverture : Conception, Chase Novak, traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Vincent Guilluy, Éditions Préludes, 2015, 473 pages.

Posté par Miss Alfie à 07:30 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

dimanche 29 mars 2015

Cuilling Hills

2014

L'île de Skye est une île à double visage entre étendues montagneuses désertiques et paysage de forêt...
Île volcanique, Skye a conservé des sommets découpés et a pic qui font le plaisir des randonneurs, les Cuilliing Hills...

Posté par Miss Alfie à 09:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

samedi 28 mars 2015

Reading Challenge 2015 - Episode 1

ReadingChallengeIl y a quelques jours sur Twitter, j'ai surpris WonderNaddie qui tentait de trouver comment compléter certains titres de son "Reading Challenge". Kesaco ?! que ma petite tête a fait !

Il faut dire que les challenges, c'est pas vraiment ma came... J'ai du mal à m'y tenir, du mal à saisir l'idée, mais j'ai été faire un tour sur le site Popsugar qui en parlait. L'idée de base ? Élargir son univers de lecture. Perso, j'y ai aussi vu l'occasion de sortir de ma PAL papier ou numérique des bouquins qui y prennent la poussière depuis quelques années.

Depuis, je me suis rendue compte que quelques blogueurs ont déjà adhéré au principe depuis le début de l'année, comme Laura ! Ni une, ni deux, j'ai décidée de franchir le pas et de me lancer ! Mais comme la liste d'origine est en english, et que mon niveau en la matière s'avère épique, j'ai pris le soin de traduire dans la langue de Molière les 50 items référencés...

Je précise que l'idée n'est pas forcément de lire des ouvrages rentrant dans chacune des catégories, je me doute que certaines resterons sûrement vierges car je veux avant tout me faire plaisir, mais cela m'incitera peut-être à aller piocher des textes qui m'inspirent actuellement un peu moins...

Enfin, dernière et ultime précision, le challenge s'étend sur toute l'anné, j'en ai profité pour faire un peu de rétroactif et consulter mes lectures depuis début 2015. En outre, un titre ne peut rentrer que dans une catégorie.

Sur ce, listons (avec liens vers les chroniques pour celles déjà publiées) !

  1. Un livre de plus de 500 pages : Marie-Antoinette de Stefan Zweig, 506 pages en format poche...
  2. Une histoire d'amour : Nord et sud d'Elizabeth Gaskell
  3. Un livre devenu un film : Rebecca de Daphné du Maurier, adapté par Alfred Hitckock en 1940
  4. Un livre publié cette année :
  5. Un livre avec un nombre dans le titre : Trois souris... d'Agatha Christie
  6. Un livre écrit par un auteur de moins de 30 ans : Alors voilà, les 1001 vies des urgences de Baptiste Beaulieu
  7. Un livre avec des personnages non humains : Quelque chose pour le week-end de Sébastien Gendron et ses pingouins cocaïnomanes
  8. Un livre drôle :
  9. Un livre écrit par une femme : Tolstoï, oncle Grisha et moi de Lena Gorelik
  10. Un livre noir ou un thriller : Cette nuit-là de Linwood Barclay
  11. Un livre dont le titre est un mot unique : Palestine de Hubert Haddad
  12. Un recueil de nouvelles :
  13. Un livre qui se déroule dans un autre pays : Duane est amoureux de Larry McMurtry qui se déroule au Texas, USA.
  14. Un ouvrage hors fiction : Manderley for ever de Tatiana de Rosnay, biographie de Daphné du Maurier
  15. Le premier roman d'un auteur populaire : L'extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikéa de Romain Puertolas
  16. Un livre d'un auteur que j'aime et que je n'ai pas encore lu : La pyramide de glace de Jean-François Parot
  17. Un livre recommandé par un ami :
  18. Un livre ayant reçu le prix Pullitzer - ou le Goncourt, soyons francophile ! - :
  19. Un livre à partir d'une histoire vraie : Les mots qu'on ne me dit pas de Véronique Poulain, où elle raconte sa famille sourde
  20. Un livre en tête de liste à lire :
  21. Un livre que ma mère aime :
  22. Un livre qui effraie : Conception de Chase Novak
  23. Un livre de plus de 100 ans :
  24. Un livre choisi à partir de sa couverture :
  25. Un livre que j'aurai du lire à l'école et que je n'ai pas lu :
  26. Des mémoires :
  27. Un livre achevé en une journée : Le roi disait que j'étais le diable de Clara Dupont-Monod
  28. Un livre avec des antonymes dans le titre :
  29. Un livre se déroulant dans un lieu que j'ai toujours voulu visiter : Magasin général de Loisel et Tripp, pour le Québec !
  30. Un livre publié l'année de ma naissance :
  31. Un livre ayant reçu de mauvaises critiques :
  32. Une trilogie : Le monde de Narnia de C.S. Lewis, qui compte même plus de trois volumes, et toc !
  33. Un livre de mon enfance : Charlie et la chocolaterie de Roald Dahl
  34. Un livre avec un triangle amoureux : La femme qui dit non de Gilles Martin-Chauffier
  35. Un livre se déroulant dans le futur :
  36. Un livre se déroulant dans un établissement scolaire :
  37. Un livre avec une couleur dans le titre :
  38. Un livre qui fait pleurer :
  39. Un livre avec de la magie : Alors vous ne serez plus jamais triste de Baptiste Beaulieu, surtout que c'est de la magie du quotidien
  40. Un roman graphique :
  41. Un lvire d'un auteur que je n'avais jamais lu auparavant : Grâce et dénuement d'Alice Ferney
  42. Un livre que j'ai mais que je n'ai pas encore lu :
  43. Un livre qui se déroule dans ma ville de naissance :
  44. Un livre publié initialement dans une autre langue :
  45. Un livre dont l'action se déroule pendant les fêtes de Noël :
  46. Un livre écrit par un auteur qui a les mêmes initiales que moi :
  47. Une pièce de théâtre :
  48. Un livre interdit :
  49. Un livre inspiré ou qui a inspiré une série télévisée :
  50. Un livre que j'ai commencé et que je n'avais jamais terminé : Persuasion de Jane Austen, mais j'aurai presque du ne pas le terminer à la seconde tentative !

Du coup, au 28 mars, on peut déjà dénombre 23 titres lus en 2015 et qui collent avec la consigne... En sachant que l'année est loin d'être achevée, on peut espérer un bon taux de remplissage ! (Bon, ceci dit, ne nous mentons pas, pour ce qui est de la ville de naissance ou des initiales, ça risque d'être un peu chaud patate comme on dit chez moi !)

Posté par Miss Alfie à 09:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

vendredi 27 mars 2015

Exodes - Jean-Marc Ligny

Exodes_COUVDans un futur plus ou moins proche, le réchauffement climatique a fait on oeuvre et la vie sur Terre est devenue un enfer : montée des eaux, températures accablantes, etc. La vie tente donc de s'organiser entre les enclaves, bulles hermétiques où la vie est meilleure, les Boutefeux, groupe d'hommes qui détruisent ce qu'il reste sur Terre et les Mangemorts, sorte de zombies anthropophages. Dans ce décor apocalyptique, six personnages vont voir leur destin bouleversé.

L'inconvénient du bouquin dont tu attends beaucoup parce qu'on te l'a conseillé, c'est que tu en attends beaucoup. Peut-être trop. Du coup, quand le résultat n'est pas à la hauteur, genre VRAIMENT PAS à la hauteur, tu es un peu embêté. Tu te dis que bon, il faut quand même bien écrire la chronique, sinon la patronne t'engueule que tu ne participes pas assez au blog, tu comprends, c'est pas comme ça qu'on va faire du clic. Mais tu ne sais pas trop quoi dire pour pas être trop méchant, parce que bon, si on te l'a conseillé, quelque part, c'est que le livre a été apprécié (et visiblement par pas mal de monde).

Tentons donc d'y voir un peu plus clair. Commençon par le contexte. L'idée de base est bonne. Imaginer une évolution catastrophiste possible de la planète est intéressant. Autant La route de Cormac McCarthy imagine un monde post-apocalyptique sans trop décrire la cause, autant là, on sait que la cause est le réchauffement climatique causé par l'Homme. De cette bonne idée découle des trucs plutôt intéressants : des enclaves, des clans et différents personnages aux desseins différents. Sauf que rien de tout ça n'est approfondi, tout reste superficiel. Jean-Marc Ligny parle de guerres d'Immigration sans en dire plus. Qui ? Quand ? Pourquoi ? Comment ? Quelles conséquences ? On ne saura pas. Pareil pour les enclaves, on suit une enclave en particulier, Davos en Suisse, on entend parler de celle de Cambridge en Angleterre et puis c'est tout. Combien ? Où ? Ca concerne combien de personnes ? Pareil, pas plus d'info. Tout au plus sait-on que ce sont des privilégiés qui y habitent et on apprend au milieu du roman le but des scientifiques de cette enclave. Je ne demandais pas une description géopolitique (à ce sujet, il n'est d'ailleurs jamais question de pays, de gouvernements, etc.) de ce monde mais j'attendais quand même une description du contexte et de ses tenants et aboutissants un peu plus poussée.

Vient ensuite le scénario. On suit six personnages radicalement différents : Olaf, un Norvégien qui décide de quitter ses îles avec sa femme devant le danger, Fernando, un jeune Espagnol qui s'engage à Séville avec un clan de Boutefeu, Mercedes, la mère de Fernando qui ne voit l'avenir que par Dieu, Paula, une Italienne qu'on découvre sur la route de Milan avec ses deux enfants, Mélanie, une Française dans un petit village du Sud de la France et enfin, Pradeesh, scientifique Suisse qui vit avec sa faimme et travaille dans l'enclave de Davos. Notons déjà que le personnage norvégien ne sert à rien. A rien, à rien, à rien. Juste à aborder rapidement le clan des Mangemorts et autoriser une dernière phrase de roman tragique. Ensuite, on se doute que les personnages vont finir par se retrouver au gré du scénario mais foutrechien, n'était-il pas possible de faire en sorte que ce soit crédible ?! D'éviter des incohérences scénaristiques ? Les personnages finissent par se rencontrer de façon très improbable avec des incohérences spatiales et temporelles énervantes accompagnées de facilités scénaristiques. L'exemple le plus flagrant concerne Paula, notre amie italienne qui passe de la route entre Venise et Milan à Davos en moins de temps qu'il n'en faut à Mireille Mathieu pour apprendre la date de Marignan. Bref, très très agaçant. A tel point que je me suis demandé si le bateu de notre ami Olaf n'allait pas se retrouver au portes de Davos...

Enfin, parlons du "style" littéraire. Je n'irai pas jusqu'à dire que c'est écrit avec les pieds mais pas loin. Disons plus gentiment que je n'ai pas accroché au style. Les descriptions sont longues et ne servent pas le récit. Qu'on me décrive des choses, pourquoi pas mais il faut qu'elles aient un intérêt à l'histoire. Me décrire la vie de fourmis ou  d'autres trucs futiles n'a aucun intérêt. Il y a quand même, soyons honnêts, des passages qui alimentent le récit comme les camps d'outers à Davos ou la misère et la maladie à Séville. Mais c'est trop rare. De plus, le style en lui-même n'est pas formidable, je situerai au niveau fin de collège, début de lycée. On retrouve des expression enfantines, ou des constructions de phrases qui se veulent légères mais qui ne collent pas à l'atmosphère du récit. Et l'auteur est trop facile en employant à l'envi les mêmes images, les mêmes métaphores, les mêmes expressions. Ainsi, l'expression "torons de fumée" est par exemple utilisée 153 fois (chiffre non vérifié, utilisé à titre d'éxagération, NDA) dans le roman, parfois même à trois paragraphes d'intervalles (chiffre complètement vérifié, dans le dernier chapitre, NDA). Du coup, beaucoup de texte pour au final, ne pas raconter grand chose.

De fait, sur une idée de base intéressante, Exodes se trouve être un roman inabouti, parfois pénible à la lecture, un peu creux dans le message (quel est le sens de cet épilogue ?). Je me suis ici suffisamment justifié pour me permettre de penser qu'il s'agit d'un roman raté. Ou alors qui n'a pas trouvé en moi une cible potentielle.

Texte © Alfie's mec, 2015.
Couverture : Exodes, Jean-Marc Ligby, Éditions L'Atalante, 2012.

Posté par Alfies mec à 07:45 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,



Fin »