Miss Alfie, croqueuse de livres... & Compagnie !

Carrousel
lundi 27 avril 2015

La colline des chagrins - Ian Rankin

La colline des chagrinsUne jeune fille héritière d'une banque écossaise disparaît. Quelques jours plus tard, un cercueil semblable à ceux retrouvé à Arthur's Seat est découvert près de la propriété parentale. Rebus est persuadé qu'il y a un lien. Pendant que Shiban Clarke tente de créer un lien avec un mystérieux Quizmaster...

Après Van Inn, l'enquêteur de Pieter Aspe, que j'avais quitté sur une déception et que j'ai récemment redécouvert, voilà que j'ai décidé de refaire confiance à Ian Rankin et me suis replongée dans une enquête de John Rebus. Je n'ai, pour cela, eu que faire de la suite chronologique des romans publiés par Rankin et me suis fiée à mon instinct. Or, en juillet dernier, lors de notre visite du National Museum of Scotland, j'avais été marquée par une partie de l'exposition consacrée aux rites funéraires et présentant de très petits cercueils découverts dans la colline d'Arthur's Seat, cercueils dont Rankin se sert dans La colline des chagrins.

Peut-être est-ce le fait de me représenter la ville, de comprendre la géographie des lieux décrits par Rankin, mais j'ai dévoré ce bouquin. L'enquête en elle-même est plutôt bien menée, elle explore plusieurs univers avec beaucoup de talent, Rankin mêlant extrêmement bien Histoire et fiction. Rebus m'a largement moins agacé que la dernière fois que nous nous étions rencontrés. Peut-être est-ce moi qui comprend mieux les atermoiements qu'il peut rencontrer, les obsessions qui peuvent être les siennes, peut-être est-il arrivé au bon moment tout simplement dans mes envies de lecture... Peut-être ai-je aussi apprécié de m'intéresser aux relations qu'il entretient avec ses collègues, autre versant très important de l'histoire...

Car Rankin est loin de ne s'intéresser qu'à la disparition de la fille à papa. Il creuse les mécanismes à l'oeuvre dans une équipe, la solidarité comme les coups de vache pour arriver le premier avec la solution de l'énigme. Et fait d'Edimbourg (et de ses alentours) un personnage à part entière dans son intrigue... 

J'avais choisi Portes ouvertes comme lecture pendant notre étape à Edimbourg. Aujourd'hui, je regrette car La colline des chagrins aurait été parfaite : Histoire d'Edimbourg, visite de la ville, sociologie de ses quartiers, le tout accompagnant une excellente intrigue. Vraiment un très bon opus de Rankin !

Texte © Miss Alfie 2015. 
Édition présentée : La colline des chagrins, Ian Rankin, traduit de l'anglais (Ecosse) par Daniel Lemoine, Editions Livre de poche, Collection Policier / Thriller, 2007, 640 pages.

Posté par Miss Alfie à 07:30 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


dimanche 26 avril 2015

Butiner - 4 -

2014

De l'une à l'autre, tu voles et butines.
Sans les choisir, tu les voles.
De leur coeur, tu te nourris.

 

Posté par Miss Alfie à 09:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

vendredi 24 avril 2015

Duane est amoureux - Larry McMurtry

Duane est amoureux

De retour d'un voyage en Egypte, Duane Moore découvre bien des changement dans l'entreprise qu'il a laissé à son fils, et notamment l'arrivée d'une jeune géologue à la poitrine fort attirante, mais aussi dans sa vie en général. Ses enfants prennent le large, ses amis défaillent, et il n'arrive plus à rentrer dans la maison qui abrita sa vie conjugale. Fort heureusement, il y a l'amour et le sexe... A condition de se soigner...

J'ai trouvé ce roman dans ma boîte aux lettres un soir, sympathiquement adressé par l'attachée de presse de Sonatine Editions. En fouinant un peu sur le net, je me suis aperçue que Duane est amoureux est en réalité le quatrième roman mettant en scène le dit Duane, et que je n'avais jamais ouvert un roman de cet auteur pourtant a priori formidable.

Si je n'ai pas fondamentalement été gênée de ne pas avoir connue Duane plus tôt, que j'ai pu recollé les morceaux de sa vie grâce aux indices glissés par l'auteur dans son roman, j'avoue qu'une meilleure connaissance du personnage et de son entourage ne m'aurait néanmoins pas fait défaut. Ceci dit, cette lecture fut l'occasion de découvrir un auteur américain méconnu de mon palmarès, et d'avoir envie de le relire, ce qui est, vous l'avouerez, un bon point.

Il faut dire que Larry McMurtry dispose d'un sens de la dérision et de l'humour à toute épreuve. Il manie émotion et cynisme avec pas mal de talent, et réussit à traduire les doutes qui peuvent, j'imagine, envahir tout homme de plus de 60 ans... Alors certes, ces doutes tournent en partie sur ce qui se passe sous la ceinture, à croire que les hommes sont réellement très portés sur cette question et s'imaginent beaucoup plus performant qu'il ne le sont en réalité, mais l'auteur réussit également à démontrer l'impact psychologique et les tourments qui peuvent déstabiliser un homme fort et puissant.

Une première lecture de cet auteur qui, si elle m'a parfois un peu surprise par son côté assez cru, m'a fortement donnée envie d'aller découvrir ses premiers écrits !

Texte © Miss Alfie 2015. 
Édition présentée : Duane est amoureux, Marry McMurtry, traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Sophie Aslanides, Sonatine Éditions, 2015, 234 pages.

Posté par Miss Alfie à 07:30 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

jeudi 23 avril 2015

Quand elle rentre le soir

2014

Quand elle rentre le soir, elle commence par enlever la chaîne qui protège son escalier.
D'un geste sur, elle la remet en place si aucune visite n'est prévue.
Elle gravit les marches rouges, laissant traîner sa main sur les plantes qui l'ornent.
Elle jette un oeil, évalue s'il faut arroser, note mentalement de redescendre tout à l'heure.
Parfois, le voisin fume une cigarette sur son bout d'escalier et la salue.
Elle hoche la tête en retour en attrapant la clé de la porte d'entrée dans son sac.
Parfois, elle entend des voix de l'autre côté, alors elle se hâte.
Mais à chaque fois, seul le silence l'accueille ; les enfants ont déserté les lieux depuis longtemps.
Elle ramasse le courrier et referme derrière elle.
Arroser les plantes, mettre l'eau du thé à chauffer, allumer la radio.
Attendre demain.

 

Posté par Miss Alfie à 09:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

mercredi 22 avril 2015

Tue ton patron - Efix, Levaray

TTP_COUVPaul Lafargue joue le rôle d'un commercial dans une grande multinationale. En effet, en raison d'un passé et d'un licenciement brutaux, il n'est dans cette société que pour assouvir une vengeance envers François Pelletier-Raillac, le PDG. Et la vengeance est plutôt simple : tuer le patron.

Racontons comment ce livre de début 2012 s'est retrouvé entre mes mains seulement maintenant. A l'époque, le dealer m'avait parlé de ce livre, du coup de poing qu'il avait été pour lui et d'une dédicace qu'il organisait avec le dessinateur. Mais bon, pas attiré, pas de coup de coeur, j'ai laissé passer. Et en 2015, à Lyon, aux Quais du Polar, je croise sur le stand BD Efix, le dessinateur. Je refeuillette le livre et, oh pis mince, quoi, si le dealer te l'a conseillé à l'époque... Du coup, en sus du livre, j'ai la chance d'avoir eu un échange avec l'auteur et une jolie dédicace.

Autre précision pour les curieux à l'oeil acéré. Sur la couverture, le sous-titre de l'ouvrage est "Putain d'Usine - 3". Logiquement, on est en mesure de se demander s'il sagit du troisième volet d'une trilogie. La question a fait sourire Efix qui m'a expliqué le fond du truc et, du coup, les erreurs éditoriales. En fait, Jean-Pierre Levaray avait écrit un premier ouvrage, Putain d'Usine, puis un second, les Fantômes du Vieux Bourg, sur la vie ouvrière et ses à-côtés. Mais les livres n'ont aucun rapport entre eux. Simplement, comme le sujet est le même, l'éditeur a rajouté ce sous-titre. Donc, n'ayez crainte, vous pouvez lire Tue ton patron indépendamment de tout autre livre.

Vous aurez ainsi à faire avec l'histoire et les états d'âme de Paul Lafargue. Il était un salarié syndicaliste de FFI, multinationale que l'on peut aisément associer à un mix de Total, L'Oréal et/ou Sanofi. A la tête de cette multinationale, un patron prétentieux qui s'est créé une cour autour de lui pour mieux régner sur son empire. Le licenciement de Lafargue pour mieux délocaliser et augmenter les profits va engendrer chez l'ancien salarié une volonté de vengeance. Cependant, entre la volonté de se venger et la capacité à assouvir cette volonté existe un monde qui fait que Lafargue va hésiter, renoncer, repartir, tout ça à l'aide de subterfuges pour connaître les moindres secrets du PDG pour mieux le piéger. 

L'histoire gagne ainsi en intensité au fur et à mesure. Parviendra-t-il à ses fins ? Comment ? Quand ? Quelles seront les conséquences de son geste ou de l'abandon du projet ? Etc. Le scénario est bien foutu, puissant, intense, bref, une réussite. Quant au dessin, l'originalité tient au fait que le livre est pour sa plus grosse partie imprimé en noir et blanc et sur des pages noires. Cela permet de jouer sur les contrastes et de rajouter à l'ambiance pesante de l'histoire. Le découpage est atypique, entre double planche de paysages, chevauchement de cases et un découpage plus classique en cases. Le trait des personnages est classique et agréable, les décors sont quant à eux crayonnés. La différence et la superposition ponctuelle des deux styles ne choque pas et est même plutôt agréable. Tue ton Patron est au final est un excellent thriller qui se lit avec plaisir et qui amène à réfléchir sur l'économie moderne et l'humanité / l'humanisme dans les grands groupes industriels.

Texte © Alfie's mec, 2015.
Couverture : Tue ton patron, Jean-Pierre Levaray, Efix, Éditions Fetjaine (Groupe La Martinière), 2012.

Posté par Alfies mec à 08:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,