YoungCOUVDe Tunis en 1918 à Auschwitz en 1944, Victor Young Perez va découvrir la boxe, devenir champion du monde et finir sa vie dans un camp de concentration.

Si vous êtes un tout petit peu attentif (et je ne doute pas que vous le soyez puisque vous êtes formidables), à la vue de la couverture, du sujet et des auteurs, votre esprit aura sans doute tiqué. "Tiens, tiens, tiens, ça me dit quelque chose" êtes-vous en train de penser. Et vous avez raison. Ces deux auteurs se sont attaqué il y a de ça trois ans à la biographie du premier champion du monde français de boxe, Battling Siki. Cette histoire est racontée dans un superbe ouvrage intitulé Championzé et la miss l'avait chroniqué à l'époque. Oui, tout à fait, parfois, je laisse la miss faire des chroniques BD, je ne suis pas comme ça, tout à fait, au 21è siècle, je suis pour le partage les tâches. Non, ma chérie, je ne sous-entends pas qu'écrire des chroniques ici soit une tâche, tu interprètes mes propos. En plus, tu me fais perdre du temps, les rares lecteurs de ce blog n'ont que faire de nos petites chamailleries et attendent que je leur en dise plus sur cet ouvrage de boxe, si tant est que la boxe les intéresse encore que la boxe ne soit pas le sujet principal de cette biographie qui nous entraîne de Tunisie française jusqu'à la Deuxième Guerre Mondiale.

YoungPLBien, scénaristiquement parlant, Young est plus abouti, du moins, plus travaillé que Championzé qui déroulait assez basiquement de façon chronologique la vie de Siki. Attention, n'y voyez là aucun reproche. Ici, les auteurs profitent de détails dans la vie du camp de concentration pour faire des flash-backs dans le passé difficile puis glorieux de Victor Perez. De même, le retour à Auschwitz se fait sur un petit parallèle. C'est bien trouvé, c'est bien amené, c'est bien construit, c'est une vraie force de cet ouvrage. Le scénario retranscrit l'opposition entre juifs et musulmans en Tunisie, la volonté du boxeur pour parvenir au sommet ou le désir des nazis de faire de Young une marionnette qui prouverait la supériorité de la race aryenne. Au-delà de l'histoire tragique du boxeur dont la mort est causée par une connerie, le scénario amène le lecteur à un peu de réflexion et de devoir de mémoire.

Le dessin quant à lui reste somptueux. La rencontre avec Eddy Vaccaro nous avait permis de connaître les méthodes de travail du garçon, ainsi que quelques astuces pour des détail invisibles à celui qui ne ferai pas attention. Le dessinateur a donc gardé la même base d'un dessin crayonné. les personnages sont expressifs, les ambiances, en particulier dans le camp, sont particulièrement réussies. Il n'y a en fait rien à reprocher à cette excellente biographie de Victor Young Perez, boxeur méconnu dont la vie fait de lui un héros tragique.

Texte © Alfie's mec, 2013.
Couverture et planche : Championzé, Aurélien Ducoudray et Eddy Vaccaro, Éditions Futuropolis (2013).