mazettiDésirée vient de perdre son mari. Elle se rend régulièrement au cimetière où elle s'asseoit sur le banc face à la tombe de son mari. Sur ce même banc, elle croise un homme, Benny, agriculteur, qui vient visiter la tombe de ses parents. Sur un sourire, les deux inconnus du cimetière vont apprendre à se connaître.

Ouh la la, raconté comme ça, ça parait une jolie petite histoire d'amour en devenir, bien gentille et pas méchante ! Mais Le mec de la tombe d'à côté, est-ce vraiment ça ? Et bien j'avoue tout de suite que si ce roman fut un coup de coeur pour nombre de lecteurs, il m'a laissé passablement dubitative, mais totalement agacée par Désirée. Au moins, ça, c'est dit, vous saurez à quoi vous en tenir pour la suite de cette chronique !

Alternativement narré par Désirée et Benny, Le mec de la tombe d'à côté met en scène deux extrêmes que tout va attirer. D'un côté, Désirée, bibliothécaire de son état, jeune veuve de trente-cinq ans sent son horloge biologique commencer à s'agiter et se trouve frustrée de n'avoir pas pu enfanter avant la mort de son mari, qu'elle semble d'ailleurs plus regretter pour les habitudes qu'elle avait avec lui que par véritable amour. La relation qu'elle va nouer avec Benny me semble plus proche du besoin de sexe que d'une véritable envie de reconstruire quelque chose... Mais ce qui m'a le plus exaspéré chez Désirée, c'est cette espèce de naïveté égocentrée qui lui fait réaliser que peut-être que tout le monde ne vit pas dans un appartement aseptisé, n'aime pas l'opéra et qu'il peut y avoir des gens qui travaillent la terre. J'ai trouvé chez elle une façon de regarder Benny condescendante, comme si elle voulait le faire changer... Et de l'autre côté, Benny rêve d'une femme au foyer qui lui ferait la cuisine pendant qu'il serait occupé par la traite des vaches, qui reprendrait le rôle occupé jusqu'à sa mort par sa chère maman. Si j'ai ressenti plus d'affection pour Benny que pour Désirée, j'avais tout de même parfois envie de lui dire d'ouvrir les yeux, qu'il était en train de s'accrocher à une nana franchement pas pour lui.

Avec ce roman, Katarina Mazetti pose les bases d'un questionnement sur le couple, sur la maternité, sur le célibat, mais ne le pousse pas suffisamment loin à mon goût. S'il s'agit d'une lecture sympathique et potentiellement distrayante, Le mec de la tombe d'à côté ne restera cependant pas dans mon esprit comme un livre inoubliable !

A lire aussi :
Estellecalim, Frankie, Gaëlle, Mrs Pepys, Reveline, Véro ont lu ce livre avec moi

Lecture_commune

Petit_bac
Roman lu pour le Challenge Petit Bac organisé par Enna, catégorie "Objet".

Texte © Miss Alfie 2011.
Edition lue : Le mec de la tombe d'à côté, Katarina Mazetti, traduit du suédois par Lena Grumbach et Catherine Marcus, éditions Actes Sud, collection Babel, 2009, 253 pages.