Le chant des plaintesLes gens de Holt County

Holt County, petite ville du Colorado. Une jeune femme chassée de chez elle, un professeur séparé de sa femme et élevant seul ses deux garçons, deux frères célibataires dans un ranch en périphérie de la ville... Autant de destins qui vont se croiser et se lier.

J'ai choisi de vous parler de ces deux ouvrages au sein d'un seul article, car les deux sont liés. Le second se passe quelques années après le premier, mais on y retrouve quelques un des personnages rencontrés précédemment, auxquels de nouveaux portraits s'ajoutent.

En ouvrant Le chant des plaines, je pensais tomber sur une histoire de cow-boys, de ranchs et de campagne américaine. Mais finalement, Kent Haruf va au-delà de ça pour nous raconter la vie d'êtres humains comme vous et moi. Il nous plonge dans le quotidien d'une petite ville américaine à travers une galerie de personnages qui n'ont rien d'exceptionnels, qui vivent leur vie avec ses galères et ses joies, et qui vont parfois se retrouver confrontés au bonheur sans s'y attendre.

Le chant des plaines et Les gens de Holt County sont deux romans pleins d'humanité, de délicatesse et de pudeur. Pas de voyeurisme, pas d'excès, la juste touche d'émotion et de subtilité pour comprendre ces êtres bien souvent cabossés par la vie.

Texte © Miss Alfie 2019.
Couvertures : Le chant des plaines, Kent Haruf, traduit de l'anglais (USA) par Benjamin Legrand, éditions Robert Laffont, collection Pavillon Poche, 2014, 448 pages ; Les gens de Holt County, Kent Haruf, traduit de l'anglais (USA) par Anouk Neuhoff, éditions Robert Laffont, collection Pavillon poche, 2015, 490 pages.