Cible mouvanteLew Archer est détective privé. Il est appelé par la famille Sampson lorsque Ralph Sampson disparaît. Millionnaire, on pourrait bien en vouloir à son argent... Surtout si ses fréquentations ne sont pas aussi élégantes qu'il n'y parait.

Cible mouvante a été publié pour la première fois en 1949 aux Etats-Unis. De son vrai nom Kenneth Millar, Ross Macdonald y met en scène pour la première fois un privé que Paul Newman interprétera à l'écran à deux reprises.

Cible mouvante est un bon polar noir du milieu du vingtième siècle, un polar dans lequel on interroge, on roule en décapotable sur la côte Ouest, on écume les boîte de jazz plus ou moins sordides pour s'assoupir quelques heures au matin, un polar dans lequel on ne trouve ni téléphone portable, ni microphone caché, ni ordinateur relié à internet. C'est à un vrai jeu de piste que se livre Lew Archer en partant à la recherche de Ralph Sampson.

Si quelques ficelles apparaissent à l'oeil du lecteur averti, l'intérêt de ce livre réside essentiellement dans l'atmosphère créée par l'auteur, une atmosphère noire dans laquelle le sang ne coule guère, où les salauds se présentent dans de beaux costumes, les cheveux gominés, avec à leur bras une vamp aux charmes surannés. La violence est latente mais les poings ne volent pas, les indices perdent le lecteur et l'écriture, visuelle et scénarisée, régale les amateurs de passé simple.

Peu de choses à rajouter sur un très bon polar qui réussit à créer des personnages et une atmosphère qui l'emportent sur l'intrigue, par ailleurs très bonne elle aussi. Les amateurs du genre savent ce qu'il leur reste à faire !

Texte © Miss Alfie 2012.
Édition présentée : Cible mouvante, Ross Macdonald, traduit de l'anglais (américain) par Jacques Mailhos, Éditions Gallmeister, Collection Totem, 2012, 278 pages.