9782070427826FSAlors qu'il sort de prison, Max Mingus, détective privé, est contacté par une riche famille haïtienne dont l'enfant a été enlevé sur l'île deux ans plus tôt. Son épouse venant de mourir, Mingus hésite puis finit par accepter une mission qui lui permettra de s'éloigner de Miami et de son passé pour découvrir une île où la misère est omniprésente et où le sang semble couler à flot.

Après Dans les bois de Coben, bien calibré à l'américaine, la plongée que je viens d'opérer dans le premier roman de Nick Stone a de quoi réconcilier les plus sceptiques avec les thrillers. Tonton Clarinette, malgré ses 678 pages, est un roman qui se dévore et que vous aurez du mal à lâcher une fois rentré dans l'histoire.

Issu d'une famille originaire d'Haïti, Nick Stone a puisé dans les souvenirs de ses quelques années de vie sur l'île pour nous livrer un roman qui, en plus de nous proposer une intrigue extrêmement bien ficelée et halletante, permet de découvrir une île violente, mise sur le devant de la scène après le séisme de janvier 2010. Par les descriptions nombreuses des paysages et des habitants de l'île, Nick Stone nous fait toucher du doigt un quotidien où la misère est partout, une île au contexte politique complexe et intimement lié aux Etats-Unis, bien que l'anglais ne soit que la troisième langue pratiquée, après le créole et le français, souvenir du temps de Napoléon, et nous propose par la même occasion une découverte de la culture caribéenne et plus particulièrement du culte vaudou.

A côté de cet aspect culturel et politique très important, l'intérêt de Tonton Clarinette repose également sur son personnage central, Max Mingus, privé atypique dans le paysage littéraire. Après avoir été flic, Mingus s'est mis à son compte et a parcouru le pays, voire le monde, jusqu'à ce qu'il tue trois jeunes gens à la suite de l'une de ses enquêtes. Cet acte lui vaudra huit ans de prison. Pendant ce temps, son épouse, Sandra, restera à ses côtés, ne manquant aucune visite au parloir, jusqu'à son décès brutal, une semaine avant la sortie de taule de Max. Autant dire que c'est un homme meurtri qui doit se reconstruire que le lecteur accompagne dans une sorte de fuite éperdue dans un pays où la vengeance et la violence feront nécessairement écho à son histoire.

Bref, vous l'avez peut-être deviné, c'est un véritable coup de coeur que je ressens pour Tonton Clarinette, d'une part parce que Nick Stone à réussit le challenge d'apporter une dimension culturelle et politique comme je les aime à une histoire franchement impressionnante, et d'autre part car on ne peut que se prendre d'affection pour Mingus, un homme à part, à protéger, à épauler, à canaliser.

Pour en savoir plus, vous pouvez aller lire l'interview de Nick Stone sur Entre-Deux-Noirs.

Petit_bac
Roman lu pour le Challenge Petit Bac organisé par Enna, catégorie "Sport/Loisirs"...

Challenge_thriller
...et pour le challenge Thriller organisé par Cynthia.

Texte © Miss Alfie 2011.
Édition lue : Tonton Clarinette, Nick Stone, traduit de l'anglais par Marie Ploux et Catherine Cheval,
éditions Gallimard, collection Folio Policier, 2010, 678 pages.