grangeMathieu est flic à la brigade criminelle de Paris. Lorsque Luc son ami d'enfance, également flic, est retrouvé au fond de l'eau, Mathieu ne croit pas au suicide. Mettant un peu le nez dans les affaires de son ami, Mathieu se rend compte que Luc avait entamé une enquête qui l'a sans doute amener à rencontrer le Mal en personne. Mathieu va vouloir comprendre et va s'engager dans une enquête qui l'entrainera en Franche-Comté, dans les Pyrénées, en Italie et en Pologne.

Alors que Guigz en a déjà parlé, je fais le choix de vous présenter à mon tour ce livre, parce que deux avis valent mieux qu'un, et qu'après tout, j'ai potentiellement le droit d'avoir un avis différent, même si sur le principe, les lectures que nous avons en commun nous laissent généralement un avis similaire ! Enfin bref, je ne vais pas rentrer dans le détail de ma vie privée, faut pas déconner non plus !

Donc, après des lectures bien éloignées de ces polars frissonnants que j'apprécie quand même bien (faut pas chercher, je dois être un peu barrée quelque part dans ma tête !), j'ai eu envie de tenir entre les mains un bouquin dont je ne pourrai m'empêcher de tourner les pages. Et en la matière, Jean-Christophe Grangé sait généralement y faire assez bien. Ceci dit, j'avais été prévenue, on était théoriquement bien loin de la qualité des Rivières pourpres ou Vol des cigognes.

Concrètement, on se trouve à suivre un flic étrange, solitaire et marqué par sa foi catholique dans une enquête qui titille le dogme chrétien et nous fait côtoyer le Mal avec le Diable en personne. L'écriture est rythmée, la narration nous tient clairement en haleine tout au long de courts chapitres qui s'enchainent plus vite qu'on ne le croit, les suspects se multiplient, et les rebondissements avec. Comme dans Les rivières pourpres, Jean-Christophe Grangé plante son historie dans un décor fortement inspiré du réel (croyez-moi, la Franche-Comté, Besançon et le coin de Morteau, je vois globalement à quoi ça ressemble !) mais en même temps imaginaire... Disons que le monastère perché au cœur du cirque de Consolation devient Notre-Dame de Bienfaisance et que la consolation réside dans la présence de ces forêts sur magique de chez nous qui jouent un rôle non négligeable dans l'intrigue de Grangé !

En dehors de ça, je dois vous le dire, je commence à avoir un peu marre de tous ces bouquins qui surfent sur la vague de la religion pour la détourner et jouer avec ses "mythes"... Après le Da Vinci Code qui nous révélait que Jésus avait eu une descendance (désolée pour ceux qui ne l'ont pas lu/vu, considérez-vous comme des extraterrestres !), voilà que l'on se retrouve à poursuivre le Diable en personne sur fond de prières, d'exorcismes et de meurtres glauques. Mouais... Bien trouvé ceci dit, avec une chute crédible... Mais sur le principe, peut-être est-ce mon éducation qui ressort, j'ai déjà lu de meilleures intrigues. Voilà, c'est dit !

Bon, ne soyons quand même pas trop méchante, puisque j'ai englouti la deuxième moitié de ce pavé en un après-midi, ce qui veut malgré tout dire que ce bouquin n'est pas si mauvais que je veux bien le dire. Disons qu'il fera frissonner quelques un(e)s d'entre vous et laissera les autres sceptiques...!

A lire aussi :
Pour Valérie, "l'intrigue pêche par son manque de crédibilité, ses fausses pistes à répétition et son dénouement trop prévisible."
Véro est plus convaincue : "Si vous aimez les thrillers, aucune hésitation à avoir, vous passerez un très bon moment."

Texte © Miss Alfie 2010.
Edition lue : Le serment des limbes, Jean-Christophe Grangé, éditions Albin Michel, collection Littérature générale, 2007, 652 pages.