sdlMathieu Durey est flic à la Crim, au 36 quai des Orfèvres. Quand il apprend que son meilleur ami, Luc Soubeyras, flic comme lui, a tenté de suicider et est entre la vie et la mort, Mathieu va chercher à expliquer ce geste. C'est dans cette enquête qui le mènera de Besançon au sud-ouest de la France, en passant par l'Italie et la Pologne qu'il va apprendre que Luc travaillait sur des crimes mettant en scène des signes démonistes.

Autant le dire, j'avais été particulièrement déçu par ma précédente lecture de JC Grangé, Miserere (qui soit dit en passant est postérieur au Serment des Limbes). D'ailleurs, une chronique le relate ici même. Ici, c'est différent. Si le dénouement n'est pas bâclé (quoiqu'à peine abracadabrantesque), le scénario fait valser le lecteur entre pragmatisme pur et dur et spiritualité à tendance surnaturelle. Non pas que ce soit un reproche mais le cartésien que je suis a eu un peu peur de tomber sur une explication finale complètement "loufoque".

La construction du scénario et du chapitrage reste classique. Des chapitres courts laissant le lecteur en haleine, des cliffhangers régulièrement, des crimes violents décrits par le menu. Précisons également que le héros est narrateur, il y en a, moi le premier qui sont pas super fans d'un récit à la 1è personne.

L'intérêt du roman tient également dans l'action qui se déroule en partie dans notre Franche-Comté. C'est d'ailleurs parce que la miss commençait à lorgner sur le bouquin que je me suis mis à le lire. Pas envie de prendre des spoils dans la tête. Bon, pour la description de la région, ça reste assez correct même si plusieurs détails laissent à désirer (altitudes ou distances par exemple).

N'ayant pas encore lu la Forêt des Manes qui clôt la trilogie du Mal de Grangé (après la Ligne noire et le Serment des Limbes), je ne peux donc pas vous qualifier ces ouvrages. Seulement, après une Ligne noire globalement mauvaise, le Serment des Limbes remonte un petit peu le niveau. Malgré tout, JC Grangé n'arrive pas à remonter au niveau où il était du temps du Vol des Cigognes ou des Rivières pourpres.

Texte © Guigzz 2010.
Image Le Sement des Limbes, J.-C. Grangé, Éditions Albin Michel (2007)