40 éléphants T1

Extrait de la présentation de l'éditeur : Londres – 1920. Elles sont quarante. Voleuses, tueuses, kidnappeuses, cambrioleuses, proxénètes… Issues des divers milieux de la société, elles ont fait du crime leur affaire et se sont associées pour plus d’efficacité.

Tout récemment, le troisième tome de la série 40 éléphants est sorti, et j'avoue avoir été intriguée par le pitch. En bonne lectrice, j'ai repris l'ordre initial en me plongeant dans les deux premiers volumes de cette série, "Florrie, doigts de fée" et "Maggie, passe-muraille". Ces deux albums constituent une histoire complète, le troisième volume étant lui aussi une histoire complète, en un tome cette fois.

Dans ces deux premiers volumes, le lecteur fait connaissance avec un gang de femme qui sévit à Londres de la fin du 19e jusqu'au milieu des années 1950 si j'en crois l'article que j'ai vu sur Wikipedia en anglais : il semble donc que cette histoire soit inspirée par des personnages en partie réels ! Il faut dire que cette équipe de femmes aux casiers pas toujours vierges détonne : cambriolages, escroqueries, meurtres, et même rapts d'enfants... On est loin de l'image de la douce et délicate épouse ! 

planche

Dans cette série, les auteurs les mettent en scène pendant l'entre-deux-guerres, à une époque où les femmes refusent de retourner dans leurs foyers maintenant que les hommes sont rentrés de la guerre. Deux gangs s'affrontent donc pour le contrôle du sud de Londres : les 40 Éléphants, et les 40 Voleurs. A la tête côté femmes, Queen Kate, qui mène son affaire d'une main de maître. Côté hommes, le fourbe et violent Art Stocker. Qui l'emportera ? Les auteurs mettent en scène des femmes sombres, troubles, sans scrupules, des femmes qui utilisent les mêmes codes des hommes quand il s'agit d'escroquer, voire même de tuer.

Graphiquement, j'ai crains de ne pas me retrouver dans le style au début de ma lecture, mais je me suis finalement laissée emporter par cette guerre de gangs, appréciant notamment les vignettes façon croquis qui viennent parfois rompre le style graphique et contribuent à créer l'atmosphère de l'ouvrage.

Voilà donc une chouette découverte que je vais m'empresser de poursuivre, avec un seul petit bémol qui concerne la fin du second tome que j'ai trouvé un peu rapide à mon goût !

Texte © Miss Alfie 2019.
Couverture et planche : 40 éléphants, tome 1 : Florrie, doigts de fée, Kid Toussaint, Virginie Augustin, Hubert, éditions Grand Angle, 2017, 56 pages.