Son excellence Eugène Rougon

Suite au coup d'Etat du 2 décembre 1851, Eugène Rougon côtoie les hautes sphères du pouvoir. Président du Conseil d'Etat, nombreux sont ceux qui comptent sur lui. Alors lorsqu'il quitte son poste, on s'active autour de lui pour rester à proximité...

Sixième opus de la saga des Rougon-Macquart, Son Excellence Eugène Rougon nous entraîne auprès des hautes sphères du pouvoir français sous le Second empire. Fils aîné de Pierre et Félicité Rougon, Eugène est un personnage que les lecteurs n'ont pu suivre que de loin jusqu'à présent. Il apparaît directement ou indirectement dans les premiers romans, mais celui-ci lui est complètement consacré. S'intéresser à Eugène Rougon est, pour Zola, l'occasion de décrire les coulisses du pouvoir central.

Évidemment, l'histoire s'ouvre à l'Assemblée qui servira à nouveau de décor à la scène finale : les boucles se ferment, l'auteur peut laisser de côté les thématiques qu'il vient d'évoquer pour s'intéresser à un autre personnage. Néanmoins, j'ai trouvé que la notion de déterminisme social intervenait beaucoup moins dans Son Excellence Eugène Rougon que dans d'autres opus. Ici, au contraire, on découvre à quel point on peut évoluer et changer de sphère sociale dès lors qu'on sait se placer, s'entourer...

Il faut dire que le Rougon décrit est un homme politique, avide de pouvoir, manipulateur à ses heures perdues, qui n'hésite pas à retourner sa veste si cela peut lui permettre de retomber sur ses pieds et d'accéder au seul rêve qu'il semble caresser : le Pouvoir... Oui, vous pouvez le dire : les hommes politiques d'aujourd'hui n'ont finalement rien inventé et n'ont strictement rien à envier à ce personnage créé en 1876 ! 

Mais contrairement à certains politiques actuels, Rougon craint les femmes : il parait avoir déjà bien compris qu'elles sont suffisamment dangereuses pour faire ou défaire une carrière... Et son seul réel adversaire dans ce monde ultra masculin est la belle Clorinde, sorte de tentation permanente...

Si j'ai trouvé quelques passages un peu long, Son Excellence Eugène Rougon marque par son étrange modernité... Et son réalisme encore tellement vivace...

71762180

Une lecture qui s'inscrit dans le challenge "Relisons les Rougon-Macquart" avec Lili Galipette !

Texte © Miss Alfie 2015. 
Édition présentée : Son excellence Eugène Rougon, Emile Zola, Editions Livre de poche, collection Les Classiques de Poche, 1971, 424 pages.