les quatre fils du docteur marchJeanie vient de sortir de prison. Elle travaille comme domestique chez les March. Alors qu'elle range des affaires, elle tombe sur un journal qui semble être celui d'un des fils de la famille, fils aux penchants assassins assumés. Un sombre jeu de chat et de souris s'engage entre les deux...

J'avais découvert Brigitte Aubert il y a quelques années avec une série policière historique. En me penchant à l'époque sur ses écrits, j'avais noté ce titre forcément interpellant quand on a lu le roman phare de Louisa May Alcott dans sa jeunesse, Les quatre filles du Dr March. Ma visite aux Quais du Polar 2012 m'a permis de rencontrer Brigitte Aubert qui assume totalement ce clin d'oeil, bien que son roman soit très loin de l'original...

Attention, quand je dis très loin, je ne parle pas en terme de qualité, parce que, reconnaissons-le, à l'époque où je lisais et relisais Louisa May Alcott, je cherchais plus à me divertir qu'à analyser les figures de style et autres procédés narratifs utilisés. Je serai donc bien incapable aujourd'hui de vuos causer de la qualité du roman original... Mon "très loin" touche plutôt à l'ambiance. Car on est bien loin des quatre jeunes filles naïves qui découvrent la vie et l'amour... Ici, on se trouve face à des quadruplés bien ambigus au sein desquels se cache un meurtrier... Face à eux, Jeanie, domestique, fille un peu paumée à tendance alcoolique, sortant de taule pour une histoire de vol. Un dialogue à travers leurs journaux intimes respectifs va s'engager, jouant avec les nerfs des protagonistes autant qu'avec ceux du lecteur.

Brigitte Aubert réussit à maintenir le suspense jusqu'à la fin de son roman, même si mon petit cerveau un peu affûté par trop de romans noirs avait susurré à mon oreille quelques hypothèses dont l'une s'avéra assez juste. Elle joue essentiellement avec la psychologie de ses personnages, faisant naître des sentiments, des émotions, de la peur à la colère, qu'elle réussit assez justement à faire partager au lecteur, le tout dans un espace confiné, créant une atmosphère de huis-clos d'autant plus inquiétante...

Si Les quatre fils du Dr March ne restera pas dans mon Panthéon, il demeure néanmoins un roman intéressant et sympathique du fait de son mode de narration. A réserver pour des envies de lecture assez rapide !

Ce qu'on en dit ailleurs :

  • Le blog de Nico : "L’idée de base de ce roman est excellente, mais, comme c’est trop souvent le cas avec les polars français, son exploitation ne répond pas vraiment aux attentes."
  • A mon humbre avis : "Beaucoup de reproches, donc, mais tout bien pesé j’ai pris duplaisir à la lecture de ce polar, qui m’a tenu en haleine jusqu’aux dernières pages."

Texte © Miss Alfie 2013.
Édition présentée : Les quatre fils du Dr March, Brigitte Aubert, Éditions Points, Collection Thriller, 2008, 241 pages.