pavlrcouvDepuis treize ans, Suzanne vit dans une maison spécialisée dans l'accueil des personnes dépressives. Sauf qu'elle n'a pas prononcé un mot depuis cet époque, depuis ce que sa famille appelle "l'accident". A cause de (ou grâce à) son neveu, un nouveau choc va lui faire retrouver la parole et, peu à peu, la mémoire. Alors, étape par étape, pièce par pièce, elle va reconstituer le puzzle de sa vie.

A la base de l'histoire, comme l'indique le titre de la série, un secret. De famille en l'ocurrence. Vous révéler le secret, ne serait-ce qu'en partie, démolirait tout le suspense que les deux scénaristes ont créé dans la construction de leur synopsis. Le fait est que, au fur et à mesure, on s'avance dans l'inavouable, dans l'indicible, dans ce que les secrets de famille peuvent avoir de plus terrible.

Suzanne est donc mariée à un gynécologue, lui-même fils d'un verrier dont l'entreprise familiale a eu du mal à retrouver un repreneur. Finalement, c'est le frère, marié avec une guyanaise au sang chaud qui a repris la boutique. L'originalité de cet ouvrage tient dans un chapitrage explicite. Chaque petit chapitre rappelle une époque, un épisode du principal personnage féminin. Petit à petit, on se rapproche de l'origine du mal, on se recentre sur quelques personnages. Jusqu'à la planche qui livre le fameux secret.

pavlr1Soyons francs, le dessin n'est pas extraordinaire. J'ai eu l'impression que tous les personnages se ressemblaient (même gros nez, mêmes grosses lèvres, mêmes traits, etc.). Quant au scénario, quoique très prenant, j'ai tendance à penser à froid qu'il est digne d'une saga familiale estivale sur TF1 ou France 2. Ce n'est pas que je réprouve le genre mais, après tout, les secrets de famille finissent par toujours tourner autour des mêmes thèmes que sont l'adultère, l'escroquerie ou la mort. Finalement, on referme l'album sur une morale de bons sentiments ("Les secrets, c'est pas bien, parlons-nous les uns les autres.") mais avec un sentiment nauséeux, le dénouement étant ultra-court et venant juste après la clé de l'histoire.

Et puis, j'ai également trouvé que les situations étaient un peu répétitives avec les mêmes conflits avec les mêmes personnes, les mêmes non-dits. La construction est certes bien faite mais le coup d'accélérateur à la fin est un peu trop brutal. Même si le secret n'est pas forcément détectable, on devine trop vite au coup d'accélérateur pourquoi la madame est mal à l'aise.

Au final, un album intéressant par sa construction et l'intrigue, certes classique par son thème mais poignante par l'origine du mal, mais qui aurait mérité un meilleur dessin.

Texte © Guigzz 2009.
Images Secret - Pâques avant les Rameaux, Marianne Duvivier, Virginie Grenier, Franck Giroud, Éditions Dupuis (2009).