La gouteuse d'Hitler

Alors que Rosa s'est réfugiée chez ses beaux-parents pour fuir Berlin, elle est engagée pour travailler au service d'Hitler. Alors que le pays meurt de faim, avec plusieurs autres femmes, elle doit goûter tous les plats que va manger le führer. A chaque bouchée, elle risque sa vie pour continuer à vivre.

Ce roman est inspiré d'une histoire vraie, et c'est ce qui m'a attirée dans le pitch de cette histoire. Rosella Postorino a créée Rosa, son personnage, sur la base d'une femme allemande qui raconta son expérience à la fin de sa vie. Mais j'avoue que je ne conserverai pas un souvenir impérissable de cette histoire.

Alors que Rosa vit des choses difficiles, qu'on la sent prise dans des émotions complexes, contradictoires parfois, la manière de raconter de Rosella Postorino ne m'a pas placée dans une position d'empathie vis-à-vis d'elle, j'ai eu la sensation de survoler ce récit, de ne pas réussir à m'émouvoir aux côtés de Rosa. Et pourtant, c'est un roman qui parle de peur, d'amour, d'amitié, de sensualité.

C'est un roman qui avait tout pour me plaire et qui m'a laissée plutôt insensible. Une de ces rencontres littéraires manquées...

Texte © Miss Alfie 2020.
Couverture : La goûteuse d'Hitler, Rosella Postorino, traduit de l'italien par Dominique Vittoz, éditions Livre de poche, 2020, 384 pages.