Les yeux dans les arbres

Fin des années 1950. Le révérend Price embarque son épouse et ses quatre filles en mission au Congo. La famille va découvrir ce pays à un moment charnière de son histoire. La proclamation de l'indépendance et la détermination du révérend conduira la famille sur une pente dangereuse dont elle ne ressortira pas indemne.

J’avais noté ce roman sur ma liste de livres à lire il y a bien des années, et sa réédition en poche aux éditions Rivages fut l’occasion de découvrir non seulement le destin tragique et puissant de la famille Price, mais également la plume de Barbara Kingsolver.

Dans ce roman, elle donne la parole aux femmes. Cinq femmes aux destins très différents : Orleanna, la mère, Rachel, Leah, Adah et Ruth May, les quatre filles. Chacun de ses personnages a une voix, une tonalité, un caractère particulier qui se ressent sous la plume de Barbara Kingsolver. On sent que la psychologie de chacun est finement travaillée. Personne n’est tout blanc ou tout noir (sans mauvais jeu de mot), et tous (ou presque) douteront un jour ou l’autre.

Chapitre après chapitre, chacune va raconter les étapes marquantes de leur vie au Congo, les rencontres, les drames, les joies aussi. On découvre une famille qui se prend de plein fouet le décalage culturel entre leur mode de vie américain qu’ils imaginent pouvoir importer en Afrique, et les traditions séculaires d’un petit village où honorer un seul Dieu semble incongru. J’avoue avoir également découvert l’histoire du Congo belge, qui devint le Zaïre puis la République démocratique du Congo. Barbara Kingsolver n’hésite pas à pointer du doigt le rôle des puissances européennes et américaine dont les jeux politiques se répercutent avant tout sur les habitants de ces pays.

Avec Les yeux dans les arbres, j’ai découvert une grande romancière américaine, qui sait faire vivre des personnages et tracer leurs destins à travers les embûches de la vie.

Une lecture en partenariat avec les éditions Rivages.

Texte © Miss Alfie 2020.
Couverture : Les yeux dans les arbres, Barbara Kingsolver, traduit de l'anglais (USA) par Guillemette Belleteste, éditions Rivages Poche, 2020, 670 pages.