Les éclaireurs

Tandis que Sliv se rend au mariage de ses amis Youssef et Maga, les Etats-Unis sont frappés de plein fouet par les attentats du 11 septembre 2001. Une question taraude les trois amis : le CFR a-t-il joué un rôle dans cet épisode dramatique de l'histoire du monde ? Rapidement, Sliv découvre que tout n'est pas si simple.

Une fois achevé le premier volet de cette trilogie, Les falsificateurs, il m'a semblé évident de poursuivre cette histoire même si les retours que j'en avais me prévenaient que la qualité des intrigues se dégradaient au fil des livres. Dans ce second roman, on retrouve les personnages principaux du premier opus : Sliv, Maga et Youssef bien sûr, mais aussi Gunnar, mentor de Sliv, Djbo, le président du mystérieux Comex du CFR, ou encore Lena, à la fois partenaire et adversaire de Sliv.

Si le premier opus fait la part belle aux scénarios et aux falsifications, le second s'ancre beaucoup plus dans la réalité avec une intrigue en lien direct avec les attentats de 2001 et la déclaration de guerre à l'Irak en 2003. Bien évidemment, Antoine Bello vient jouer avec la réalité. On se demande ce qui est finalement vrai et ce qui pourrait être inventé. Mais on ressort en se disant que l'expression "L'enfer est pavé de bonne intention" a du être inventée pour ce genre de situation...

Chapitre après chapitre, le lecteur approfondit ses liens avec des personnages finalement plus complexes qu'ils n'y paraissent. On en apprend un peu plus sur le CFR en suivant Sliv dans sa quête du sens de cette grande entreprise. Et on referme ce roman en se disant que malgré les mises en garde sur la qualité du troisième, on sait déjà que l'on rechutera pour mettre un point final aux destins hors du commun de ces héros de papier.

Texte © Miss Alfie 2020.
Couverture : Les éclaireurs, Antoine Bello, éditions Gallimard, collection Folio, 2010, 496 pages.