Le coeur converti

Stefan Hertmans vit dans un petit village provençal, Monieux. Un millénaire avant lui, une jeune femme catholique convertie au judaïsme s'y est réfugiée avec son époux. Alors qu'ils pensaient avoir échappé au pire, le passage des Croisés dans le village bouleverseront à jamais la vie d'Hamoutal.

Si vous aimez les romans historiques, si vous aimez les drames amoureux, si vous aimez la littérature de qualité, vous devriez aimer ce roman... En partant sur les traces d'une femme qui vécu peu ou prou là où il vit désormais, Stefan Hertmans fait revivre une époque sous nos yeux, ce Moyen-Âge de la fin du 11e siècle au cours duquel les religions s'affrontent déjà au profit de celui qui aura le plus raison, et qui aura Jerusalem.

De la Normandie à l'Egypte en passant par la Provence, le lecteur suit les traces de l'auteur, lui-même en quête des minces bribes qu'Hamoutal a pu laisser dans l'Histoire. Jeune femme catholique, convertie par amour au judaïsme, Vigdis Adelaïs Hamoutal va devoir fuir et partir en quête. Quête d'elle-même, quête de ses enfants, quête d'espoir, quête de folie. Au final, c'est un destin tragique, brisé par des conflits de religion et par la violence des Hommes envers leurs semblables au nom d'un Dieu unique qui ne prend simplement pas la même forme mais est sensé porter les mêmes valeurs de partage, de tolérance et d'amour.

Comme toujours, je sors ma marotte, à savoir les références historiques. Ici, on comprend que Stefan Hertmans a travaillé à partir d'un ou deux documents, et a extrapolé l'histoire de cette jeune femme. Était-elle vraiment originaire de Rouen, descendante de viking et mère de plusieurs enfants, a-t-elle parcouru la France d'alors et traversé la Méditerrannée pour s'installer en Egypte quelques mois ? Aucune certitude sur aucun de ces points. Tout comme je n'ai aucune certitude concernant les aspects historiques qu'il amène dans son ouvrage. De manière générale, les romans historiques pèchent un peu par l'absence de bibliographie apportant un regard sur la qualité du récit, sur la conformité des moeurs, habitudes de l'époque recréée avec la réalité d'alors...

Mis à part ce petit bémol, Le coeur converti est un très beau roman, plein d'émotion et de délicatesse, malgré la violence de l'époque qu'il raconte. On se prend d'empathie pour Hamoutal, on a envie de la protéger, de la prendre contre soi et de lui dire que plus rien ne sera plus comme avant, que désormais on veillera sur elle...

Texte © Miss Alfie 2019.
Couverture : Le coeur converti, Stefan Hertmans, traditions du néerlandais par Isabelle Rosselin, éditions Gallimard, collection Du monde entier, 2018, 368 pages.