Champignac

Belgique, juin 1940. Le château du comte de Champignac est réquisitionné par les Allemands, tandis que le Compte lui-même est appelé en renfort en Angleterre. Sa mission : intégrer l'équipe chargée de décrypter la fameuse machine allemande Enigma.

Champignac, me direz-vous, ça vous dit quelque chose. Logique, surtout si vous connaissez Spirou. Pour ma part, j'ai beau de pas connaître Spirou, Champignac, ça me disait quelque chose. Mais surtout, l'avis très enthousiaste du dealer de BD m'a convaincu de me plonger dans cette histoire indépendante de la série du groom.

Cet album, a priori le premier d'une série mettant en scène le comte de Champignac (pour ceux qui n'ont pas tout suivi), nous plonge en pleine seconde guerre mondiale, au coeur de l'une des affaires d'espionnage les plus fabuleuse : celle de la résolution du mystère Enigma. On y croise quelques personnages historiques, à commencer par Churchill évidemment, mais aussi le brillant et désormais célèbre Alan Turing. Si l'histoire est sympa et bien dans la veine de la BD franco-belge classique, elle s'adresse surtout à mon avis à des jeunes ados qui ne connaîtraient pas l'histoire d'Enigma. Si, comme moi, vous avez lu Le cas Alan Turing ou vu Imitation Game, il faut reconnaître que vous perdez en intensité car l'aspect historique et les enjeux militaires sont malgré tout très très simplifiés.

Côté dessin, on appréciera le style là encore très franco-belge, avec un bémol sur les visages des personnages réels qui semblent figés, dessinés à partir de photos, et qui perdent le charme qui se dégage des personnages fictionnels inventés par les auteurs de la BD.

Au final, une BD qui me donne envie de découvrir l'univers de Spirou, si graphiquement c'est proche, mais qui ne me laissera pas un souvenir impérissable côté intrigue. Je conseille néanmoins si vous avez des ados qui aiment ce genre d'intrigues, ça pourra leur convenir et leur faire découvrir un bout d'Histoire en bonus !

Texte © Miss Alfie 2019.
Couverture : Champignac : Enigma, David Etien, Beka, éditions Dupuis, 2019, 64 pages.