Melodie de Vienne

De père en fils, la famille Alt occupe les trois étages d'une bâtisse viennoise. Fabriquants de piano, cette dynastie voit ses habitudes bouleversée quand Frantz Alt décide d'épouser la jeune Henriette Stein. Son passé et ses relations troubles vont rapidement faire jaser la maison.

J'ai toujours un peu de mal avec les bandeau sur les bouquins, comme celui-ci qui comparte Mélodie de Vienne à Dowton Abbey... En réalité, je ne suis pas sûre qu'on puisse faire beaucoup de lien entre les deux, et j'ai quand même sacrément l'impression que ce n'est qu'un artifice commercial pour vendre le bouquin aux afficionados de la famille Crawley.

En réalité, Mélodie de Vienne est un roman sorti initialement aux Etats-Unis en 1944 et qui ne fut a priori traduit en français qu'en 2016. On est donc face à un roman de style classique qui nous plonge dans l'histoire de Vienne et de l'Autrice à travers celle d'une famille fictive. Ernst Lothar brosse près d'un siècle de drames collectifs et personnels, raconte le suicide du prince héritier, l'assassinat de l'archi-duc en 1914, et bien entendu la montée du nazisme et ses conséquences tragiques pour son pays.

On sent à travers les pages de ce pavé une affection profonde de l'auteur pour son pays, pour sa culture, ses traditions et son Histoire, et il réussit à bien mettre en scène une famille face aux évolutions de la société et des mentalités, prise dans le tourbillon des évènements. S'il y a quelques longueurs, surtout sur la fin, on ne peut que saluer cette très belle histoire, à lire impérativement si vous allez passer quelques jours à Vienne pour saisir l'âme de cette ville !

Texte © Miss Alfie 2018.
Couverture : Mélodie de Vienne, Ernst Lothar, traduit de l'allemand par Elisabeth Landes, éditions Liana Levi, collection Piccolo, 2017, 672 pages.