Carnaval noirExtrait de la quatrième de couverture : Janvier 2016  : une jeune étudiante à l’université de Venise est retrouvée noyée dans la lagune. C’est le début d’une série d’assassinats dont on ne comprend pas le motif. Elle consacrait une thèse à l’une des principales confréries du XVIe siècle, qui avait été la cible d’une série de crimes durant le Carnaval de Venise en 1575, baptisé par les historiens «  Carnaval noir  »…
Cinq siècles plus tard, les mêmes obscurantistes qui croyaient faire le bien en semant la terreur seraient-ils toujours actifs ? Bénédict Hugues, professeur de latin à l’université de Genève, parviendra-t-il à déjouer une machination ourdie par l’alliance contre-nature d’un groupuscule d’extrême droite de la Curie romaine et de mercenaires de Daech, visant à éliminer un pape jugé trop bienveillant à l’égard des migrants ?

Lorsque j'ai découvert que Metin Arditi publiait un nouveau roman, j'ai eu envie de renouveler la belle expérience du Turquetto et ai décidé de m'y plonger. Si on retrouve ici des thématiques similaires, notamment l'univers de la peinture italienne renaissance, Carnaval noir porte bien son nom car il s'agit bien d'un roman noir, digne d'un roman policier, même si publié dans ce qu'on considère comme la littérature blanche !

Cette précision de genre posée, parlons du bouquin en lui-même. C'est plutôt intéressant, notamment tout ce qui a trait à l'univers fictionnel de la peinture déjà créé dans Le Turquetto et re-convoqué ici, mais ça joue un peu sur tous les tableaux (c'est le cas de le dire !), entre secte catholique, groupuscule de Daech, affaire de Copernic... J'avoue par moment avoir un peu perdu mes petits et n'avoir pas saisi l'intérêt de tant en mettre... Surfer sur les sujets d'actualité et sur la vague des romans ésotériques ? Peut-être, mais bon... On pardonnera à Metin Arditi ce petit bémol car à l'arrivée, il faut reconnaître que l'histoire est efficace. On a du mal à lâcher le livre dans sa seconde moitié et on finit à bout de souffle, comme les enquêteurs !

Un roman résolument ancré dans son époque mais qui me laissera un souvenir moins vif que Le Turquetto.

pro_reader
Une lecture en partenariat avec NetGalley et Grasset, sortie en librairie le 16 août 2018!

Texte © Miss Alfie 2018.
Couverture : Carnaval noir, Metin Arditi, éditions Grasset, 2018, 400 pages.