Une vie en mouvementMisty Copeland a 13 ans lorsqu'elle est repérée comme un potentiel talent de la danse classique. Issue d'une famille modeste, elle va peu à peu percer dans le monde très exigeant du ballet et finir par être nommée première danseuse de l'American Ballet Theatre en 2015, elle est la première danseuse classique afro-américaine à être reconnue à ce niveau.

C'est le moment où vous allez pouvoir rire à mes dépends. On est d'accord que le nom de l'auteure, à savoir Misty Copeland, est inscrit en gros sur la couverture. On est donc d'accord qu'il s'agit là d'une autobiographie. Et bien pour ma part, quand je l'ai ouvert, je pensais qu'il s'agissait d'une biographie, et tant qu'à faire d'une danseuse classique plus ancienne. Alors, ne me demandez pas qui en aurait été l'auteur, je ne sais pas. Je sais juste que je devais être fatiguée au moment de choisir ce bouquin, surtout qu'en général, les autobiographies ne font pas partie de mes lectures de prédilection !

Ceci dit, il faut reconnaître que Misty Copeland a un destin que j'ai beaucoup apprécié de découvrir. Dans cet ouvrage, la ballerine revient sur sa vie depuis sa tendre enfance, au milieu d'une fratrie ballottée de compagnon en motel par une mère peu présente. Jusqu'au jour où Misty entre dans l'équipe de pom-pom girl de son collège, et que sa prof lui propose de découvrir la danse classique. A partir de là, c'est la passion qui peu à peu envahit la jeune fille. Son aisance naturelle, ses capacités physiques exceptionnelles la propulsent rapidement dans les plus hautes sphères, malgré un âge avancé lors de ses débuts.

Par moment, je me suis interrogée sur l'ambition de cette jeune femme qui s'affiche clairement comme un symbole de réussite afro-américaine. Écrit juste après sa nomination en tant que première danseuse, je me suis demandée également si cet ouvrage ne venait pas trop tôt, ne manquait pas un peu de maturité, de recul et d'autocritique. On découvre une jeune femme sûre d'elle malgré tout, qui n'hésite pas à snober par moment sa famille même involontairement, faisant passer sa passion en priorité. Chaque jeune fille qu'elle rencontre semble également être sa meilleure amie...

A l'arrivée, l'ouvrage reste intéressant pour mettre en lumière une artiste qui m'était inconnue, pour s'immerger dans la rigueur imposée par la danse classique et le fonctionnement des ballets américains. On aime la précision du verbe pour décrire les mouvements de danse et les muscles qui travaillent. A croiser avec quelques vidéos de l'artiste pour bien apprécier son talent, tout à fait réel.

Texte © Miss Alfie 2018.
Couverture : Une vie en mouvement, Misty Copeland, traduit de l'anglais (USA) par Johan-Frédérik Hel-Guedj, éditions 10-18, 2017, 336 pages.