Le cercle des plumes assassinesExtrait de la quatrième de couverture : Critique, poète et scénariste, Dorothy Parker a rassemblé autour d’elle quelques-uns des esprits les plus brillants du New York des Années folles. Ils ont leurs habitudes à l’hôtel Algonquin où ils se retrouvent, jusqu’au jour où, sous leur table, gît un inconnu, un stylo-plume en plein cœur. Le seul témoin du crime est un jeune homme du nom de Billy Faulkner qui rêve de devenir écrivain… 

Toujours dans l'objectif de lire ces bouquins qui attendent dans mes étagères depuis parfois plus de deux ans, j'ai ouvert cette fois ce roman policier qui m'avait tenté pour son côté "historique". En effet, il met en scène Dorothy Parker, écrivaine américaine, et une bande de journalistes, écrivains, critiques littéraires et de théâtre qui se réunissaient tous les jours à l'Algonquin, le fameux "Cercle vicieux".

Dans ce roman, J.J. Murphy s'est inspiré de ces personnages réels pour les mettre en scène, en prenant quelques libertés avec la chronologie de leurs vies. Il transforme la petite bande en enquêteurs de l'ombre, et crée quelques situations comiques pourraient être très drôles portées à l'écran (notamment l'exfiltration de Faulkner de la chambre de Dorothy où il s'est réfugié !). Néanmoins, l'intrigue en elle-même n'a rien d'exceptionnel. On retrouve un premier mort, puis un second qui serait l'assassin du premier. Mais alors, qui a tué le second et pourquoi ? 

Au final, J.J. Murphy livre un roman policier distrayant et divertissant, qui a pour intérêt principal de mettre en scène quelques noms de la littérature américaine, et notamment un certain William Faulkner encore tout jeune. Sympathique, mais qui ne révolutionnera pas le genre !

Texte © Miss Alfie 2018.
Couverture : Le cercle des plumes assassines, J.J. Murphy, éditions Gallimard, collection Folio policier, 2016, 432 pages.