Le monde est mon langageExtrait de la quatrième de couverture : Courts récits, interviews et rencontres : Alain Mabanckou donne un nouvel horizon à notre langue. De Pointe-Noire à Cuba, de Madagascar à Montréal, il interroge inconnus et célébrités sur leur rapport à la francophonie. Poète exilé, clochard céleste, écrivain de la brousse, tous ont ce point commun : ils trouvent dans le français un langage universel, la littérature.

Ainsi que l'indique cet extrait, Le monde est mon langage est un ouvrage un peu à part dans la bibliographie d'Alain Mabanckou : entre essai et autobiographie, l'auteur se raconte à travers les rencontres littéraires qu'il a pu faire au cours de sa vie.

Ayant tenté sans succès la lecture de l'un de ses romans il y a quelques années (Mémoires de porc-épic, si ma mémoire à moi est bonne...), j'ai profité de sa venue au salon du livre de Besançon il y a deux ans pour le découvrir. Ici, l'auteur nous livre une écriture très différente de ce que j'avais expérimenté dans ma tentative de lecture, une écriture entre le reportage, le récit, l'interview, mais une écriture dans laquelle transparaît quasiment à chaque ligne, à chaque mot, son amour de la langue française.

En nous prenant par la main, Alain Mabanckou nous entraîne dans un tour du monde, à l'image de sa vie de globe-trotteur, entre la France, l'Afrique, l'Amérique du Nord. Plus que géographique, ce tour du monde est aussi un tour du monde de la littérature francophone, mettant en lumière des auteurs haïtiens, congolais, français, américains même... Il parle du courant de la négritude, de l'histoire des africains noirs à travers le monde, de l'héritage esclavagiste et colonial, de la notion "d'africain"...

Récit après récit, les suggestions de lecture se multiplient, les propositions de découvertes foisonnent, et on reçoit Alain Mabanckou dans son salon pour l'écouter nous parler de tous ceux et celles qui font son inspiration.

Texte © Miss Alfie 2018.
Couverture : Le monde est mon langage, Alain Mabanckou, éditions Points, collection Documents, 2017, 312 pages.