Au revoir là haut

Novembre 1920, au Caire. Albert Maillard, rescapé de la première guerre mondiale, est interrogé par un policier français. Au fil de l'entretien, Maillard revient sur sa rencontre avec Edouard Péricourt, à la veille de l'armistice, à l'amitié qui les a lié et à leur vie de débrouille au retour à la vie civile.

Faut-il encore vous présenter ce film ? Pas sûre tant il a été salué lors de sa sortie en salle l'an dernier et mis en lumière à travers nominations et récompenses lors des César 2018. Pourtant, si vous ne l'avez pas encore vu, c'est le moment de vous précipiter pour le faire. Que vous ayez ou non lu le roman ou son adaptation en BD. Difficile maintenant de passer entre les mailles de cette découverte, il y en a pour tous les goûts, des amateurs d'images animées, des romans qui pèsent bien lourd ou des histoires dessinées !

Dans cette adaptation cinématographique, Albert Dupontel tient la caméra et joue le rôle d'Albert Maillard. Je tiens tout d'abord à saluer le talent de réalisateur de cet artiste. En ayant associé Pierre Lemaitre à l'écriture du scénario, Dupontel livre une histoire fidèle à l'oeuvre littéraire, mais qui réussit malgré tout à s'en détacher ponctuellement. Côté technique, l'image, le cadrage, les couleurs, les costumes, les musiques, tout est excellent, il y a peu de choses sur lesquelles chipoter, surtout quand on est comme moi simple amateur et non cinéphile averti.

Aux côtés de ce grand acteur, on trouve quelques noms connus du cinéma, comme Laurent Lafitte qui campe un D'Aulnay-Pradelle détestable à souhait, Niels Arestrup en patriarche vieillissant, ou encore Mélanie Thierry en bonne des Péricourt. Mais ce sont presque les acteurs les moins connus qui m'ont le plus touchée : Edouard Pericourt est campé par un Nahuel Pérez Biscayart magistral, qui réussit à faire passer par ses yeux un nombre d'émotions impressionnant, et Héloïse Balster campe une Louise adorable, craquante, vive et futée, comme on l'imagine dans le livre. Espérons pour elle qu'il ne s'agissait pas là d'un coup pour rien mais bien un d'un coup d'essai qui augure du meilleur !

Avant de vous laisser le soin de regarder ce film, un petit avertissement tout de même... J'étais pourtant préparée à la violence potentielle de ce film, ayant lu roman et BD, mais la première demi-heure du film est d'une violence et d'une dureté quasiment insoutenables... Âmes sensibles, n'hésitez pas à sortir prendre l'air, mais dépassez cette violence, dépassez cette demi-heure difficile et ne vous abstenez pas, car la suite n'en sera que meilleure !

Texte © Miss Alfie 2018.
Affiches : Au revoir là-haut, réalisation Albert Dupontel, scénario Albert Dupontel et Pierre Lemaitre, 2017.