Le carnet noir

Quel lien peut-il y avoir entre l'aggression de Brian Holmes, collègue de John Rebus, celle de Michael Rebus, frère du précédent et l'incendie d'un hôtel quelques années plus tôt ? A priori, aucun. Mais c'est sans compter sur John Rebus...

Retrouvons un Rebus un peu plus jeune que dans les derniers volumes lus, avec la rencontre d'un certain Cafferty plus récemment croisé dans Tels des loups affamés. Il y a assez peu à dire sur cette enquête, si ce n'et qu'elle va toucher personnellement Rebus à travers, notamment, l'implication de son agent Brian Holmes et de son frère, Mike.

Le carnet noir s'inscrit dans la philosophie des romans de Rankin, des enquêtes classiques qui ont le mérite de nous entraîner dans les coins et recoins d'Edimbourg. Un polar sans grande prétention mais plutôt bien mené.

Texte © Miss Alfie 2017.
Couverture : Le carnet noir, Ian Rankin, traduit de l'anglais par Michèle et Frédéric Witta, éditions Gallimard, collection Folio policier, 2000, 480 pages.