les tribulations d'une cuisiniere anglaise

Dans les années 1920, Margaret quitte l'école pour "entrer en condition", c'est-à-dire devenir domestique. De maison en maison, elle passe de simple fille de cuisine à cuisinière en attendant de se marier.

Avant d'évoquer le contenu de cet ouvrage, je souhaiterai revenir sur le choix du titre en français... Publié en 1968 au Royaume-Uni, ce ouvrage autobiographique n'a été traduit en français qu'en 2013, alors que la mode des titres à rallonge battait son plein et qu'on a sûrement pensé que mettre "tribulations" dans le titre attirerait le lecteur... Et pourtant, le titre original, Below stairs (à savoir "en-dessous de l'escalier") me semble bien plus représentatif du contenu de l'ouvrage qui, s'il fait parfois sourire, n'est en aucun cas une comédie romantique ou sentimentale !

Partant de son enfance, Margaret Powell raconte sa vie, la pauvreté, voire la misère, de sa famille, l'impossibilité de poursuivre ses études et la nécessité de devenir domestique dans l'espoir d'un avenir meilleur. Si Julian Fellowes s'est inspiré de ce récit pour créer Downton Abbey, il faut reconnaître qu'il a largement aseptisé ses châtelains en les rendant humains et plutôt bienveillants à l'égard de leur domesticité. En revanche, on retrouve la hiérarchie des rôles, y compris au sous-sol, le maître de maison qui ne descend jamais ou qu'en cas de situations exceptionnelles, et cette capacité que "Eux" comme Margaret Powell les nomme à oublier leur présence et à les faire se sentir totalement invisibles...

Vu de notre époque, voilà un temps qui nous semble très ancien, alors qu'il y a moins d'un siècle qui nous sépare de ces pratiques... Un fossé de culture et de classes sociales que Margaret Powell raconte avec spontanéité, comme si elle venait de nous convier à boire un thé en dégustant des biscuits qu'elle sortirait du four autour de la table de la salle commune !

Texte © Miss Alfie 2017.
Couverture : Les tribulations d'une cuisinière anglaise, Margaret Powell, traduit de l'anglais par Hélène Hinfray, éditions Payot et Rivages, collection Petite bibliothèque Payot, 2014, 288 pages.