Belgravia1815. La bataille de Waterloo se profite mais Bruxelles bruisse surtout du bruit du bal de la comtesse de Richmond. Sophia Trenchard, fille du responsable de l'approvisionnement des soldats, réussit à y faire inviter sa famille. Bien des années plus tard, les Trenchard sont revenus à Londres mais le souvenir de ce bal reste gravé dans bien des mémoires.

Après l'essai manqué de Passé imparfait, je rechignais à lire à nouveau Julian Fellowes. Néanmoins, entre la libraire et ma copine Wondernaddie, je me suis laissée convaincre par Belgravia, beaucoup proche de l'esprit de la série Downton Abbey m'avaient-elles dit toutes les deux. Et en effet, avec Belgravia, Julian Fellowes nous plonge dans l'Angleterre du milieu du XIXe siècle, soit plusieurs dizaines d'années avant sa série mythique, mais on y retrouve les ingrédients qui firent son succès : une bonne société anglaise pétrie de principes, des scandales qu'on tente d'étouffer, des écorchures dans la règle admise, mais aussi la vie dans les étages comme à l'office. Et pour servir le tout, des personnages attachants et parfois bien plus humains que les convenances ne le laissent paraître.

Ayant particulièrement apprécié l'ambiance de la série, je me suis plongée avec beaucoup de plaisir dans ce roman à l'intrigue digne d'un scénario de film ou de série. On sent tout de suite que Julian Fellowes a l'habitude de raconter des histoires, de maîtriser son suspense et de ne dévoiler ses cartes que lentement. Alors j'avoue, j'ai assez vite vu comme le tout pouvait se terminer, mais il faut reconnaître que je ne me suis pas un instant ennuyée dans cette lecture. Je me suis laissée embarquée dans une autre époque, dans une société où les convenances et les principes régentaient la liberté, notamment celle des femmes. On ne peut guère regretter cette époque, mais il faut reconnaître que malgré ce contraintes sociales très fortes, Julian Fellowes offre aux femmes de son roman des rôles majeurs. Ou comment les relations sociales se jouaient tout autant autour d'un thé dans le salon d'une lady que dans un club d'homme autour d'un brandy ou d'un porto.

Belgravia est une belle surprise, une lecture divertissante et plutôt légère, mais de grande qualité, que je conseille sans hésitation aux nostalgiques de Downton Abbey !

Texte © Miss Alfie 2017.
Couverture : Belgravia, Julian Fellowes, traduit de l’anglais par Carole Delporte et Valérie Rosier, éditions 10/18, 2017,528 pages.