Scènes de boxeFils d'un boxeur amateur qui lui a toujours refusé l'accès aux rings, Elie Robert-Nicoud brosse le portrait d'un univers et de ses stars et met en lumière la boxe.

Voilà un bouquin sur lequel j'ai du mal à avoir un avis tranché, dans un sens comme dans l'autre. Scènes de boxe est un ouvrage à la frontière entre l'essai, la biographie et l'autobiographie. Chapitres après chapitres, l'auteur élabore le portrait d'un boxeur type et de son entourage.

"Il a fallu que j'attende que mes parents meurent pour me mettre à la boxe, pour entrer dans une salle la première fois, comme s'il avait fallu qu'à mon tour je me sente orphelin pour passer entre les cordes." (p. 127)

Issu d'un milieu modeste, souvent orphelin, le boxeur semble canaliser sa violence et accepter de l'encadre entre les élastiques qui délimitent le ring. En dehors, une fois sorti de ce cadre, Elie Robert-Nicoud raconte des hommes et des femmes qui connurent des chutes tout aussi violentes et brutales que leur ascension fut miraculeuse. A leurs côtés, on trouve le pire comme le meilleurs, des escrocs en guide de managers, mais aussi des figures paternelles protectrices en guise d'entraineurs.

"La boxe a même en elle une part de pornographie. Le spectacle qu'elle présente est un interdit, un tabou. Ce spectacle ne peut se jouer en dehors d'un ring, il relèverait du crime. Et son contenu aussi rappelle une certaine pornographie : deux hommes à moitié nus qui se frappent, s'enlacent parfois, s'humilient, saignent et hystérisent le public." (p. 81)

Pour illustrer ce portrait-type qui se dessine au fil des pages, l'auteur convoque la mémoire de grands noms de ce sport. Et c'est là que j'avoue avoir régulièrement décroché. A l'exception de Mike Tyson et de Mohamed Ali, j'ai souvent eu l'impression de lire un catalogue de noms et de destins qui me parlaient bien peu et au milieu desquels je me suis perdue et ennuyée.

"Il y a deux types de pères dans la boxe, ceux qui disent : "Tu sera le boxeur de la famille", et ceux qui disent : "Toi, tu ne boxeras jamais." Mais il n'y a pas de père indifférent." (p. 10)

Au final, j'ai du mal à définir la cible de Scènes de boxe. D'un côté, les néophytes comme moi apprécieront l'ambiance, la philosophie qui se dégagent de cet ouvrage. D'un autres, les mordus des gants de cuir seront sûrement plus enchantés que moi de revivre des combats a priori mythiques. C'est donc avec un sentiment mitigé que je referme ce livre, même s'il m'a permis de mieux cerner ce sport que je regarde une fois tous les quatre ans à la télévision à l'occasion des jeux olympiques !

"Je sais aujourd'hui que les boxeurs haïssent la boxe, ou qu'ils l'aiment comme on aimerait ses propres défauts ou comme un mineur aime la mine qui le nourrit en même temps qu'elle ronge sa santé." (p. 5)

pro_reader
Une lecture en partenariat avec NetGalley et Stock, sortie en librairie le 26 avril dernier !

Texte © Miss Alfie 2017.
Couverture : Scènes de boxe, Elie Robert-Nicoud, éditions Stock, 2017, 224 pages.