Intégrale Zweig 1Au cours d'un été caniculaire, le narrateur raconte sa rencontre nocturne avec une jeune femme tandis que l'orage se prépare.

Oui, je vous le concède, le pitch de cette nouvelle ne suggère pas une intrigue du feu de dieu et un suspense implacable. Et pourtant... Zweig nous offre une fois de plus un très beau texte dans lequel la tension météorologique s'accorde à merveille à cette rencontre.

Paru en allemand en 1922 dans le recueil AmokLa femme et le paysage sera traduit en français en 1935 et intégré au recueil La peur. C'est un texte assez court qui fait preuve d'une grande sensualité. L'évolution du temps semble se caler sur l'évolution des émotions des personnages qui finissent par s'embraser comme le ciel. 

La brièveté de ce texte lui donne une intensité renforcée par sa chute, brutale, brève, et qui clôt l'histoire. Le lecteur a peu le temps de s'attacher aux personnages, il les découvre partiellement, superficiellement, mais l'écriture de Zweig permet de vivre la puissance des émotions en quelques pages. 

Un texte un peu à part de ce que j'ai déjà pu lire de cet auteur, mais qui s'inscrit dans la lignée de son travail de narration des sentiments.

"Parfois, ce halètement cessait comme sous l'effet de la fatigue. Le tremblement des sapins alors diminuait peu à peu, comme s'ils voulaient écouter, et mon cœur palpitait doucement avec eux." (p. 257)
"Moi seul restais immobile, muet, fiévreux : tout en moi se tendait, se préparait au cri que déjà je sentais dans ma gorge, le cri de volupté, prêt à partir au premier éclair." (p. 257)
"Tout le lourd ciel muet pesait sur ma poitrine, et je me rendais compte que je ne pouvais pas supporter plus longtemps son poids de plomb." (p. 260)

"J'effleurai ses cheveux de mes lèvres, elle ne s'y opposa point. Puis je pris ses lèvres. Elles étaient sèches et brûlantes, et sous mon baiser elles s'ouvrirent brusquement pour boire aux miennes, non avec passion, mais avec la calme exigence de l'enfant au sein." (p. 268)

Challenge ZweigChallenge classique
Une lecture qui s'inscrit dans le cadre du challenge "Sur les traces de Stefan Zweig" et du challenge "Un classique par mois" de Pr. Platypus.

Texte © Miss Alfie 2017.
Couverture : Romans et nouvelles, tome I, Stefan Zweig, édition établie, présentée et annotée par Brigitte Vergne-Cain et Gérard Rudent, Éditions Le livre de poche, collection La pochotèque, 2001, 1191 pages (La femme et le paysage, traduit par Alzir Hella, traduction révisée par Brigitte Vergne-Cain et Gérard Rudent, pages 251 à 274).