stern-tome-1-frederic-julien-maffre-couverture

Tôt ou tard, tout le monde a besoin d'un homme comme Elijah Stern. Croque-mort de son état, secret et solitaire, il coule une existence calme au fin fond du Kansas, loin des cow-boys et pistoleros qui agitent l'Ouest sauvage. Mais quand il découvre que son dernier client a été assassiné, c'est un passé que beaucoup souhaiteraient oublier qui revient à la charge.

Quand un tome 2 d'une série sort, je me demande si ça vaut le coup de céder à la tentation. Quand le tome 2 de Stern est sorti, j'ai repensé au tome 1 qui m'avait laissé une bonne impression mais pas non plus impérissable. Du coup, par précaution, à la sortie du tome 2, j'ai relu le tome 1 et j'ai revu mon analyse. En fait, c'est vraiment très bien. Donc, j'ai craqué pour le tome 2 qui a la bonne idée de proposer quelque chose de complètement différent dans l'ambiance, ce qui est agréable et réussi.

Commençons donc par le tome 1 dont le pitch introduit cette chronique. Stern intervient pour un enlèvement de corps quand il découvre que le mort a été assassiné. L'histoire tourne alors comme un polar autour de la recherche de la vérité. Le caractère discret et effacé du personnage principal confère à l'atmosphère une certaine pesanteur sans que c'en soit pour autant préjudiciable. Le scénario est bien mené avec quelques rebondissements, bref, tous les ingrédients du polar adapté à un univers western. 

Autre atout de cette série, plus prégnant encore dans le second tome, la qualité des seconds rôles. Dans cette histoire, indépendante de la première, Stern se rend à Kansas City pour acheter des livres, sa passion. Alors, certes, on dirait un "Martine à la librairie" mais c'est un peu plus complexe que ça puisque, au cours de son séjour, notre croque-mort va rencontrer une palanquée de personnes et se mêler à quelques péripéties. L'épisode est beaucoup plus rythmé que le précédent et le contraste entre le calme de Stern et l'ambiance explosive est assez jubilatoire.

Un mot également du dessin de Julien Maffre, précis et agréable. Il parvient à coller à l'ambiance de l'action, fût-elle calme ou pleine de baston. Les couleurs collent également au lieu, au climat et à l'atmosphère. Bref, un dessin très réussi. De fait, l'hésitation n'est plus permise à la lecture des deux premiers tomes de cette série dont on ignore encore combien elle en comportera. Le fait est que les personnages, les scénarios et le dessin sont réussis et que la lassitude ne vient pas après deux tomes. C'est donc une excellente série.

Texte © Alfie's mec, 2017.
Couverture : Stern, Frédéric et Julien Maffre, Éditions Dargaud, 2015 (tome 1), 2017 (tome 2).