Un jour on fera l'amourUn jour qu'il passe devant une boutique, Alexandre aperçoit un dos et une nuque dont il tombe amoureux. Ce dos et cette nuque appartiennent à Rosalie. Autour du Rosebud, le cinéma de quartier du père d'Alexandre, Rosalie et Alexandre vont se frôler, se manquer, et peut-être se rencontrer...

D'Isabelle Desesquelles, je n'avais jusqu'à présent lu que le puissant Les âmes et les enfants d'abord, récit sous forme de témoignage et de réflexion autour de la pauvreté et de la misère dans notre monde contemporain. Un jour, on fera l'amour me permet de découvrir sa plume dans un tout autre style, celui de la fiction.

Dans ce roman, Isabelle Desesquelles donne la parole à deux trentenaires, Rosalie et Alexandre. Alternativement, ils nous racontent leur vie, leurs amours, leurs relations aux hommes, aux femmes ou encore à leurs parents, ils parlent de leur avenir, de leur vision du couple, de leur espoirs et de leur destin en parallèle. Avec beaucoup de douceur et de poésie, l'auteure joue avec les mots, les sons et les sens pour créer une ambiance digne d'un de ces films qu'aime tant Alexandre. Face à face, deux romantiques paumés, une femme qui se cherche face à sa mère, un homme qui fait le deuil d'un père adoptif, comment vivre et se trouver dans un monde où il suffirait d'enchaîner les relations sexuelles sans s'attacher pour ne pas souffrir ?

Avec cette histoire d'amour improbable mais tellement douce, Isabelle Desesquelles nous laisse croire le temps de ses pages qu'un dos et une nuque peuvent bouleverser une vie, que les histoires d'amour se jouent peut-être sur des clignements d'yeux, à moins qu'il ne suffise de se laisser porter par le destin, et d'oser le chambouler de temps en temps...

pro_reader
Une lecture en partenariat avec NetGalley et Belfond, sortie en librairie le 12 janvier dernier !

Texte © Miss Alfie 2017.
Couverture : Un jour, on fera l'amour, Isabelle Desesquelles, éditions Belfond, 2017, 224 pages.