CDLF_COUVLorsqu'il descendait dans les caves à vin de son grand-père, en Bourgogne, Fred Bernard n'oubliait jamais d'emporter avec lui du comté découpé en dés, en cas de petit creux. Des années plus tard, il a choisi de partir à la rencontre de ceux qui, dans le Jura, l'Ain et le Doubs, produisent l'un des fromages les plus fameux de notre terroir. (quatrième de couverture, extrait)

Attention, lecture régionale ! Même si l'auteur est bourguignon, c'est-à-dire pas vraiment du coin, il pourra toujours arguer que, grâce à la réforme débile de refonte des régions, il est de la même région que nous. Bref, passons outre tentons d'en savoir un peu plus. Après s'être attaqué au vin dans un premier recueil (que je n'ai pas lu), Chroniques de la vigne, Fred Bernard passe du liquide au solide avec un mets de choix, le fromage. Et pas n'importe lequel, le comté. Le meilleur de tous. En toute objectivité, évidemment.

Sous la forme d'un récit chapitré avec les quatre saisons, l'auteur nous fait rencontrer les différents intervenants dans la chaîne de fabrication du comté, de l'éleveur de vaches au fromager et au crémier. Il y présente les spécificités de la filière comté, avec les prix garantis pour les éleveurs, les différentes formes d'affinage, etc. C'est intéressant pour qui ne connaît pas le fromage et les différents intervenants sont toujours présentés avec tendresse et bienveillance.

Côté dessin, ne nous mentons pas, ce n'est pas une merveille graphique. On notera néanmoins une attention soignée sur les décors et paysages, en particulier les quatre double pages d'ouverture de chapitre. Au final, on a ici un ouvrage didactique intéressant et bien construit qui ravira le lecteur franc-comtois ou celui ou celle qui veut en savoir plus sur, objectivement toujours, le meilleur des fromages. 

Texte © Alfie's mec, 2017.
Couverture : Chroniques de la fruitière, Fred Bernard, Éditions Glénat, 2016.