Chroniques du crimeDe 1984 à 1992, Michael Connelly publia des articles de presse concernant des affaires criminelles. Chroniques du crime revient sur 23 affaires qu'il a couvert.

De Connelly, je n'avais pour l'instant lu que le versant fictionnel. J'avoue que je ne savais même pas que cet auteur avait fait ses armes dans le journalisme. Chroniques du crime est l'occasion de découvrir le versant journalistique du travail de l'auteur américain. Cette précision me paraît essentiel car j'ai lu des avis qui regrettaient qu'il s'agisse de faits purement réels et objectifs, comme si la violence n'en était que plus difficile à admettre... Et bien oui, quand on lit "23 histoires vraies" dans le sous-titre, on ne nous ment pas...

Divisé en trois parties consacrées aux flics, aux assassins et aux affaires, cet ouvrage a plusieurs forces à mon avis. Il permet de se rendre compte que les romans de Michael Connelly ne sont pas si éloignés de la réalité que cela. L'auteur s'inspire bien souvent d'événements qu'il a couvert et va les mettre en scène plus tard dans ses romans. Par ailleurs, Connelly ayant suivi l'activité de flics depuis l'intérieur, je comprends mieux le réalisme du travail de Bosch notamment : Bosch est l'avatar de ces flics qu'il a croisé, parfois lassés, parfois blasés, toujours debout.

Et ce recueil est aussi l'occasion de découvrir des aspects des procédures policières et judiciaires américaines. Ainsi, l'article relatif aux accords passés avec le Mexique est édifiant : finalement, si on n'arrive pas à faire condamner aux États-Unis, on attend que le suspect ait passé la frontière et les chances pour qu'il finisse en prison se multiplient de manière exponentielles... Les différentes étapes d'un procès, la possibilité de plaider coupable pour écoper d'une peine réduite, ou de collaborer avec les enquêteurs, autant de sujets qui sont abordés à travers ces enquêtes.

Si la première partie consacrée au travail de terrain des flics m'a plus intéressée, l'ensemble offre un regard intéressant sur le travail de Connelly et permet de le découvrir d'une manière bien différente.

"Les efforts déployés pour le sauver ont été vigoureux, mais pour finir inutiles. Et, comme dans la plupart des cas où l'on fait de tels efforts, la scène de crime a été détruite : on ne l'a pas protégée à cause de tout ce qui a été tenté dans la voiture d'Eddines pour le sauver. Ce que cela signifie ? Que les efforts déployés pour sauver quelqu'un sont susceptibles de détruire ceux qu'on fait pour inculper les individus responsables de sa mort." (p. 35)
"Les autorités du maintien de l'ordre reconnaissent que, les différences de procédure aidant, il est plus facile d'obtenir une condamnation au Mexique qu'aux États-Unis." (p. 58)
"Que les accusés se voient ainsi privés de la possibilité de faire face à leurs accusateurs - et c'est une des pierres angulaires du système judiciaire américain - inquiète beaucoup certains avocats." (p. 59)

Texte © Miss Alfie 2016.
Couverture : Chroniques du crime, 23 histoires vraies, Michael Connelly, traduit de l'anglais (USA) par Robert Pépin, éditions Points, collection Points Crimes, 2014, 336 pages.