MAV_COUV

Après un braquage, un groupe de quatre malfrats part se planquer dans une ferme, à l'écart de toute agitation. Le but est de passer inaperçu pendant un mois et qua chacun puisse repartir ensuite avec sa part du butin. A moins que tout ne se passe pas comme prévu...

J'avais repéré cet ouvrage dans la liste des sorties à venir. Un petit polar sans prétention venant du scénariste qui avait signé deux biographies de boxeurs plutôt bien fichues, ça m'intéressait. Du coup, je me suis passé de l'avis du dealer et j'y suis allé sans filet. Admire le risque !

Et au final, le risque est payant car Mort aux vaches s'avère un polar tout à fait agréable et bourré de clins d'oeil à l'atmosphère des films de Georges Lautner écrits par Michel Audiard. Les personnages sont un peu des branquignoles mais n'en demeurent pas moins attachants. Les relations entre les quatre membres du gang se dévoilent au fur et à mesure de l'histoire. Les dialogues sont (donc) bien sentis et le scénario très drôle avec ce double dénouement plutôt loufoque. 

Pour enrober le tout, François Ravard signe un dessin en noir et blanc qui s'allie merveilleusement avec l'atmosphère. Les personnages sont chouettes et expressifs, il n'y a rien à jeter. Il n'y a au final pas grand chose à dire de plus sur cet album fort agréable qui s'avère être une bonne surprise de cette année 2016.

Texte © Alfie's mec, 2016.
Couverture : Mort aux vaches, Aurélien Ducoudray, François Ravard, Éditions Futuropolis, 2016.