La main de dieuScott Manson, entraîneur du London City, doit partir affronter l'Olympiakos à Athènes. Mais rien ne se passe comme prévu quand, au début du match, l'un des joueurs est victime d'une crise cardiaque sur le terrain. En pleine crise grecque marquée par des grèves à tout va, l'équipe se retrouve coincée pour une durée indéterminée chez les Hellènes.

Ayant beaucoup apprécié la série de Philip Kerr autour de la seconde guerre mondiale, j'étais curieuse de découvrir la nouvelle série qu'il a imaginé autour du football. La main de Dieu est le deuxième roman qui met en scène Scott Manson, entraîneur d'un club fictif de Londres et enquêteur à ses heures perdues.

Soyons bien clairs : si vous n'aimez pas du tout le foot, passez votre chemin, cette série n'est pas du tout faite pour vous ! Stratégie, tactique de jeu, réflexions sur l'univers "foot" : rien ne vous sera épargné au cours de ce roman, même pas les réflexions misogynes et les clichés sur l'argent brassés et les call-girls à gogo...

Côté enquêté, que dire ?... Ça se traîne. Oui, c'est sympathique, oui, Philip Kerr s'attache à bien décrire le contexte grec, mais je voulais lire un polar !!! Or, cet aspect du bouquin est arrivé un peu tard à mon goût. En revanche, il faut reconnaître que Philip Kerr a un très bon talent pour imaginer un dénouement et une chute assez percutants !

Même si j'aime le foot, il faut reconnaître qu'il s'agit là d'un roman policier pour des lecteurs encore plus footeux que moi. L'occasion peut-être de mettre un roman entre les mains de quelques sportifs !

pro_reader
Une lecture en partenariat avec NetGalley et les éditions du Masque, sortie en librairie le 2 novembre !

Texte © Miss Alfie 2016.
Couverture : La main de Dieu, Philip Kerr, traduit de l’anglais par Johan-Frédérik Hel-Gued, éditions du Masque, 2016, 448 pages.