Couv_203123Prenez le plus distant des hommes, absorbé dans la plus profondes des rêveries, dressez-le sur ses deux jambes, incitez-le à poser un pied devant l'autre et il vous conduira infailliblement vers l'eau. (quatrième de couverture)

Quand le dealer s'étonnait que je n'ai pas lu Chabouté, il m'avait conseillé de commencer par Moby Dick. Et moi, les grands classiques de la littérature adaptés en BD, bof. Non pas que je n'aime pas mais j'avais envie de commencé par un truc original, qui sorte directement de l'esprit de l'auteur. Du coup, j'avais lu autre chose et j'avais adoré. Ce qui m'a donc donné envie ensuite de passer à cette adaptation du roman d'Herman Melville que, soit dit en passant, je n'ai pas lu.

Graphiquement, aucune surprise, on retrouve le style caractéristique de Chabouté avec du pur noir et blanc, des personnages bien typés, un découpage et une mise en scène des cases et des planches absolument parfaite, en particulier les dernières pages, magnifiques. Côté scénario, l'histoire est découpée en deux tomes, chacun étant chapitré. Je ne suis pas à même de juger si l'adaptation reprend fidèlement le roman ou pas mais Chabouté s'attarde beaucoup sur le capitaine Achab et son obsession pour ce cachalot blanc géant vue depuis les yeux de ce marin inexpérimenté qui embarque sur le Pequod en début d'histoire.

De fait, Chabouté livre avec ces deux tomes une histoire forte, intense, puissante, qu'il est difficile de lâcher. Ceci dit, par rapport à mes lectures précédentes de cet auteur, le fait de savoir qu'il s'agissait d'une adaptation m'a fait, non pas déconsidérer cette adaptation, mais être moins absorbé, moins fasciné par les capacités de l'auteur à produire des scénarios originaux comme j'ai pu en lire dans les précédentes lectures. Il n'en demeure pas moins que ce Moby Dick se révèle être une excellente lecture. A noter que le coffret intégral qu'il m'a été prêté est livré avec trois superbes ex-libris.

Texte © Alfie's mec, 2016.
Couverture : Moby Dick, Chabouté (d'après H. Melville), Éditions Vents d'Ouest, 2014.