Samedi 15 octobre 2016, la librairie L'Intranquille à Besançon recevait l'écrivain américain David Vann pour une présentation de son nouveau roman, Aquarium. Prix Medicis en 2010, David Vann publie cette année son cinquième roman, un roman qui se démarque de ses productions précédentes beaucoup plus sombres et noires que Aquarium.

Dans la famille, c'est l'homme qui a déjà lu Vann, et Sukkwan Island fait partie des ouvrages qui l'ont énormément marqué. Pour ma part, j'ai toujours eu peur de me lancer dans la lecture de cet auteur réputé pour ses univers sombres, glaçants. Mais grâce à la rencontre de samedi dernier, j'ai désormais très envie de découvrir sa plume.

IMG_20161015_181819

Au cours de l'échange mené par Bruno Bachelier, libraire à L'Intranquille, David Vann est revenu sur différents thèmes qui émaillent Aquarium. Pour mieux pouvoir vous parler de cette rencontre, je vous livre la quatrième de couverture : "Caitlin, douze ans, habite avec sa mère dans un modeste appartement d’une banlieue de Seattle. Afin d’échapper à la solitude et à la grisaille de sa vie quotidienne, chaque jour, après l’école, elle court à l’aquarium pour se plonger dans les profondeurs du monde marin qui la fascine. Là, elle rencontre un vieil homme qui semble partager sa passion pour les poissons et devient peu à peu son confident. Mais la vie de Caitlin bascule le jour où sa mère découvre cette amitié et lui révèle le terrible secret qui les lie toutes deux à cet homme."

Si David Vann souligne qu'il s'agit cette fois d'un roman dans lequel il n'a intégré aucun élément de sa propre histoire (pour le plus grand plaisir de ses proches d'ailleurs !), Aquarium est malgré tout marqué par ses convictions, par sa personnalité. Ainsi, il explique avoir eu une relation très intense avec sa mère avant une rupture. L'idée du pardon qu'il a intégré dans son roman fait partie de sa vie.

Par ailleurs, David Vann a choisi de déplacer son roman de l'Alaska à Seattle, quittant des environnements naturels et sauvages pour une ville avec toutes les conséquences que cela peut avoir. Cependant, il n'hésite pas à réintroduire de la nature à travers ces poissons omniprésents, à travers également le regard de la jeune Caitleen qui voit Seattle comme un grand aquarium... Il explique également que pour lui, décrire les poissons et leurs relations est une manière de décrire le monde des hommes. Il attache une très grand importance à l'expression d'une ambiance, d'un caractère à travers la description d'un paysage ou d'un environnement.

Résidant depuis 13 ans en Nouvelle-Zélande, David Vann pose sur la société américaine un regard assez dur, peut-être même désabusé. Il estime que la majorité des Américains vivent dans le déni et l'illusion d'une fortune qu'ils n'atteindront jamais. Pour lui, les Américains refusent d'accepter l'idée d'appartenir à une classe ouvrière ou laborieuse, malgré la réalité et les difficultés économiques qui imposent à de nombreuses personnes d'excercer plusieurs emplois pour survivre. 

Cette rencontre fut l'occasion de découvrir un projet monté en parallèle du roman : le groupe électo LI composé de Lionel et de Cécile travaille actuellement à une mise en musique de textes extraits intégralement du roman Aquarium. Reprenant mot pour mot le texte original de Vann (en anglais donc), Cécile et Lionel créent un univers musical qui vient s'intégrer dans l'ambiance de l'histoire imaginée par David Vann. L'auteur a lui-même souligné la grande émotion qu'il a ressenti à l'écoute de ces premiers morceaux qui, selon lui, donnent vie aux personnages qu'il a imaginé.

IMG_4687

Une rencontre très enrichissante donc, qui donne envie de plonger dans cet Aquarium mais aussi de découvrir les précédents textes de David Van !

Texte et photos © Miss Alfie 2016.