Lady killer

Josie est mariée, mère de deux charmantes petites filles et vit en prime avec sa belle-mère d'origine allemande. Pendant la journée, Josie fait du bénévolat dans un hôpital et se consacre aux tâches ménagères classiques de son époque. Pourtant, derrière la façade, Josie est aussi l'une des pires tueuses à gage du secteur...

Les comics, c'est plutôt le rayon de l'homme. Batman, X-Men et autres supers héros sont en bonne place à la maison, mais cette fois, c'est moi qui m'y colle, sur les bons conseils de l'équipe du dealer de BD. Il faut dire que le concept avait de quoi m'attirer : une femme au foyer des années 50 qui cache derrière une belle image bien lisse des talents insoupçonnés de tueuse à gage ! 

Et bien m'en a pris d'acheter ce premier tome qui regroupe les cinq premiers épisodes de cette nouvelle série. Cinq épisodes qui s'enchaînent et créent une intrigue complète et construite, même si la fin laisse la porte grande ouverte à une suite qui devrait être tout aussi violente et sanglante. Car n'allez pas croire que, parce que Josie est une femme, Josie est douce et délicate dans ses missions. S'il faut trucider, Josie trucidera, avec comme seul regret de devoir salir son tailleur...

Autant dire que l'idée de base originale donne une histoire que j'ai dévoré. C'est rapide, très visuel (je l'imagine très bien en série télé), punchy et Josie ferait craquer n'importe qui avec son air innocent ! Certes, certains aspects de l'histoire peuvent paraître prévisibles, mais je vous avoue que si ce pitch avait servi de base à Mildred Pierce (série qui raconte aussi une histoire de femme au foyer dans les années 50), j'aurai peut-être un peu plus accroché ! Une excellente découverte qui couronne avec succès cette découverte du format "comic" !

Texte © Miss Alfie 2016.
Couverture : Lady Killer, Joëlle Jones et Jamie S. Rich, éditions Glénat, collection Comics, 2016, 144 pages.