TTB_Couv_274314

Un soir de 1958, le photographe Walter Benedict vient en aide à un vieux vendeur à la sauvette que des loubards agressent. En guise de remerciement, le vieillard lui offre un talisman garantissant la vie réussie à celui qui le porte. Il suffit à Walter de penser à un moment de sa vie pour y revenir et corriger une éventuelle fausse route. (quatrième de couverture)

C'est à nouveau sur conseil du dealer que j'ai lu ce one-shot qui mêle philosophie de vie avec un soupçon de fantastique. Le dealer avait été emballé même s'il regrettait que la fin ne soit pas plus sombre. Emballé, je ne l'ai pas été. Et pas que pour la fin.

Le concept de l'histoire était pourtant intéressant. Un homme se retrouve avec un talisman qui lui permet de retourner à l'instant qu'il veut afin de pouvoir corriger ses éventuelles erreurs. On a les ingrédients pour faire un truc un peu puissant, bien foutu, complexe avec un scénario poussé. Sauf que là, on reste très superficiel. Le héros est un photographe qui commence à avoir du succès et un accident ruine sa carrière. Sauf qu'il rencontre une femme à l'hôpital... On ne sort pas de cette opposition réussite au boulot - réussite en amour. Quant à la fin, elle est effectivement un peu gnan-gnan mais à la rigueur, ça colle pas mal à l'histoire globale qui, sans être vraiment mièvre, reste quand même assez superficielle.

Pourtant, graphiquement, il y a des bonnes idées. On retrouve des cases voire des planches complètes dans les retours dans le temps, où parfois change un petit détail. C'est plutôt bien trouvé et astucieux. Le dessin n'est techniquement pas extraordinaire mais les couleurs et le rendu de l'époque des années 60 sont réussis. Au final, si la lecture de l'ouvrage n'est pas désagréable, elle manque néanmoins de profondeur pour en faire un excellent livre.

Texte © Alfie's mec, 2016.
Couverture : The Time before, Cyril Bonin, Éditions Grand Angle, 2016