PINKERTON_COUV

The Wild Bunch, les Dalton, les Molly Maguire ou encore Butch Cassidy, tous ces noms sont réputés pour être ceux des plus grands hors-la-loi de l'Ouest Américain. Mais le monde connaît moins le nom de celui qui les a pourchassés pendant des années... Un homme qui n'a jamais lésiné sur les moyens pour parvenir à ses fins, n'hésitant pas à semer les cadavres pour servir la justice. Allan Pinkerton, père de la justice moderne, est aujourd'hui encore un déroutant paradoxe. La vraie légende de l'Amérique s'est écrite dans le sang. (Quatrième de couverture)

Tiens, tiens, tiens, un nouveau western, qui parle d'un détective privé et de bandits, ça m'a l'air cool. "Ah oui mais attention, c'est un tome 4. La série n'est pas numérotée mais chaque album s'intéresse à un méchant en particulier" me précisa le dealer en me sortant le tome 1 qui s'intéresse à Jesse James. OK chef, vendu, intéressons nous à ce Pinkerton - qui est donc vraiment un personnage réel - qui a pourchassé du bandit toute sa vie.

Alors, euh... pour résumer succinctement, ça ne restera pas dans les annales. Non pas que ce soit complètement mauvais mais ce n'est pas non plus transcendant. L'histoire raconte plus une traque qu'une enquête d'un détective privé, le tout en grosso modo trois épisodes : une première attaque manquée, une attaque de diligence et le subterfuge pour prendre Jesse James. C'est sympathique mais par moments un peu longuet. Tout au plus l'histoire permet de voir que, tout rangé du côté des "gentils" qu'il soit, Pinkerton n'était pas spécialement un ange.

Graphiquement, le dessin est de facture somme toute assez classique et sobre. On reprochera peut-être une méprise ponctuelle entre des personnages mais ce n'est pas forcément la faute du dessinateur si les couillons étaient tous en chapeau et moustache à l'époque. Les paysages ne sont quant à eux pas aussi jolis que ce à quoi on aurait pu s'attendre pour une histoire qui se passe dans l'Ouest Américain. Au final, sans être totalement inintéressant, Pinkerton s'avère donc un récit banal qui ne changera pas la face du western en BD. De là à lire les épisodes suivants ? Pas pour moi en tout cas.

Texte © Alfie's mec, 2016.
Couverture : Pinkerton (T1 : Dossier Jesse James), Rémi Guérin, Damour, Éditions Glénat, 2013.