la ferme africaine

Pendant une quinzaine d'années au début du vingtième siècle, Karen Blixen vécu en Afrique où elle possédait une plantation de café. Elle a rassemblé ses souvenirs dans La ferme africaine.

La ferme africaine est un ouvrage plus connu grâce au film avec Meryl Streep qui en est tiré : Out of Africa. Publié en 1937, il est le reflet des souvenirs de la baronne von Blixen qui revint dans son pays d'origine, le Danemark, en 1931 après avoir du vendre l'exploitation, déficitaire. Heureusement que l'édition que j'ai lu disposait d'une préface mettant en garde sur l'emploi de certains termes (comme nègres par exemple) et les replaçant dans leur époque, car même avec j'avoue avoir eu du mal à adhérer au point de vue de Karen Blixen.

Oui, je l'avoue, je n'ai pas été au bout de cet ouvrage dont je n'ai pas réellement saisi ni le sens ni l'intérêt, si ce n'est faire coexister des portraits, des histoires, le tout avec des protagonistes aussi peu sympathiques et charismatiques qu'une huître (et encore, ce n'est pas très gentil pour les huîtres qui se font bouffer toutes crues...). Il m'a semblé que Karen Blixen raconte ces années là sans passion, sans émotion, en juxtaposant des scènes de vie relatées par son prisme de colon. 

J'espérais un témoignage peut-être parfois choquant car écrit dans les années 30, mais surtout réaliste, humain. Or, j'ai trouvé que c'était tout sauf cela. C'est neutre, condescendant à l'égard du personnel qui travaille à la ferme, c'est distant : aucune empathie pour les personnages croisés, et encore moins pour cette femme qui se targue de chasser comme un homme... La preuve que parfois, ces ouvrages dits "classiques" me résistent !

Challenge classique
Une lecture qui s'inscrit dans le cadre du challenge "Un classique par mois" de Pr. Platypus. 

Texte © Miss Alfie 2016.
Couverture : La ferme africaine, Karen Blixen, traduit du danois par Alain Gnaedig, 2006, 512 pages.