Bienvenue au clubBirmingham, années 70. Ils sont élèves à King William, ils aiment la musique, se forgent une culture politique, découvrent les filles (et les garçons), voient leurs parents s'aimer ou se déchirer. Sur fond de conflits syndicaux, Benjamin, Doug, Claire, Emily, Paul, Philip et les autres découvrent la vie.

Bienvenue au club est la première partie d'un diptyque récemment republié chez Folio sous le titre Les enfants de Longbridge. Je vous parlerai très prochainement de sa suite, Le cercle fermé. Mais commençons par le commencement, et plongeons dans ce portrait du Royaume-Uni des années 70.

Jonathan Coe, avec son talent habituel, brosse le portrait d'une époque avec un style tout à fait original, alternant les points de vue et les modes narratifs (narration directe, extraits de discours, journaux de l'école). Les uns parlent des autres, impossible de se raccrocher à un cadre particulier : cette société évolue, et la construction de Jonathan Coe traduit assez bien cette incertitude dans laquelle les adolescents qu'il imagine se trouvent.

Les luttes syndicales et la montée de Margaret Tatcher, les attentats de l'IRA et la lutte pour l'indépendance de l'Irlande du Nord, le racisme dans un établissement réputé de la ville à l'encontre du seul étudiant noir : autant de sujets autour desquels les vies des uns et des autres vont s'achopper.

Si l'ensemble apparaît parfois confus, le tout prend forme peu à peu. A tel point que je me suis empressée de lire la suite, impatiente de retrouver ces personnages, découvrir comment ils ont pu évoluer et qui sont-ils devenus. Encore du très grand Jonathan Coe !

Texte © Miss Alfie 2016.
Couverture : Bienvenue au club, Jonathan Coe, traduit de l'anglais par Jamila et Serge Chauvin, Éditions Gallimard, collection Folio, 2004, 544 pages.