Couv_253233Cette série ne contient ni bagarres sanguinolentes ni complots internationaux. Elle parle de la vie, la vraie. La vie - jolie - de gens qui, l'année durant, travaillent dur pour se payer des vacances d'été. Avec la famille Faldérault, direction les vacances ! (Quatrième de couverture)

Le duo Zidrou et Lafebre est bien connu des lecteurs de ce site puisqu'on l'a déjà vu à l'oeuvre dans deux albums, l'excellent Lydie et l'un-peu-moins-bon-mais-pas-mal-quand-même La Mondaine que je n'ai par ailleurs pas chroniqué, vindieu, c'est pas du boulot, Christophe... Zidrou au scénario, difficile d'etre déçu, c'est régulièrement très bon, surtout quand, comme ici, il raconte une histoire de tous les jours qui concerne des gens comme vous et moi.

Dans le cas présent, il s'agit de cette famille avec quatre enfants qui, comme chaque année, part dans le Sud, au soleil, passer des vacances.  Le contexte est un petit peu particulier parce que Les parents semblent en instance de séparation et le boulot du père n'est pas très florissant, entraînant cette ambiance un peu morose. Difficile d'en dire beaucoup plus puisque, s'agissant de la vie de tous les jours, le scénario ne recèle pas non plus de rebondissements fous et de retournements de situation dantesques.

Et pourtant, ça marche. Ca marche parce qu'on se laisse porter par cette douce ambiance de vacances, par cette nostalgie pas triste pour autant. Zidrou réussit à créer une ambiance charmante et mignonne. Il faut également dire que le dessin de Jordi Lafebre contribue à la réussite de cet album. Les personnages et les couleurs restent dans la veine de Lydie avec ces teints pastels qui collent bien à la nostalgie du scénario. Les personnages sont par ailleurs très expressifs et très attachants. A voir ce que cette série va donner par la suite (le prochain épisode se passe 4 ans avant le premier) mais cette série s'annonce prometteuse si elle arrive à se renouveler au fur et à mesure des épisodes.

Texte © Alfie's mec, 2016.
Couverture : Les beaux étés (T.1), Zidrou, Jordi Lafebre, Éditions Dargaud, 2015.