Constellation

Le 27 octobre 1949, le Constellation F-BAZN prend la route des Etats-Unis. Obligé de faire une escale pour se ravitailler en caburant, l'avion doit se poser aux Açores. Le lendemain, le monde apprend sa disparition. A son bord, le boxeur Marcel Cerdan et trente-six autres passagers au destin commun.

Je n'irai pas par quatre chemins : Constellation est la preuve qu'un premier roman peut allier qualité, intérêt et enquête à la perfection. Oui, j'ai eu un vrai coup de coeur pour le récit que nous livre Adrien Bosc de cette catastrophe aérienne. 

S'intéressant aux destins des célébrités et anonymes qui vont se retrouver dans cet avion, revenant sur les successions d'événements qui ont poussé d'autres à renoncer au voyage ou à le reporter, Adrien Bosc dresse le portrait de voyageurs à l'époque où l'aviation civile démarrait. Prendre l'avion pour traverser l'Atlantique plutôt qu'un grand paquebot, il fallait avoir les moyens pour se le payer à l'époque, mais quel gain de temps ! De Cerdan qu'Edith réclamait à New-York à cette ouvrière couturière alsacienne qui devait rejoindre sa tante au Nouveau-Monde en passant par cette violoniste prodige, Bosc lève le voile sur des histoires parfois méconnues du grand public.

En parallèle, il raconte l'avion, sa technique, ses défaillances et tente de comprendre avec les enquêteurs ce qui a pu arriver, pourquoi l'avion fut-il retrouvé à des kilomètres de son point d'escale initial notamment. A une époque où les boites noires n'existaient pas, il établit des hypothèses, retrace le vol jumeau qui fut réalisé pour comprendre, avec les familles des disparus, le drame.

En ouvrant le récit d'un crash aérien, je craignais d'être submergée par un larmoiement ou une émotion exagérée, mais aussi de paniquer à l'idée du prochain voyage avec ce mode de transport. Pourtant, Adrien Bosc ne tombe ni dans l'un des travers ni dans l'autre. Il décrit cet accident comme une "coïncidence forcée du destin". Une manière de relativiser les risques que nous prenons : finalement, si tout cela doit arriver, c'est peut-être qu'une constellation d'événements se seront conjugués pour nous y mener. Et avec les yeux d'Adrien Bosc sur cette succession d'événements, le tout prend une dimension littéraire brillante.

Texte © Miss Alfie 2015.
Édition présentée : Constellation, Adrien Bosc
, Éditions Livre de poche, 2015, 216 pages.