fortune-juin-40

Braquer deux tonnes d'or à la Banque de France, ça paraît difficile... mais en plein exode, dans un pays à feu et sang, c'est faisable. (Quatrième de couverture)

"Tiens, ça, c'est pas l'album de l'année mais c'est un bon petit récit d'aventures rocambolesques à la Bebel, ça peut te plaire." Avouons que, avant que le dealer ne me dise ça, j'avais déjà repéré cet ouvrage. Pourquoi ? Parce que les scénaristes. Xavier Dorison, c'est le scénariste de l'excellente série en quatre tomes Long John Silver et Fabien Nury a pondu que des trucs merveilleux : Silas Corey, Il était une fois en France, Atar Gull ou Tyler Cross. Autant dire que je n'étais pas fondamentalement inquiet de la qualité du scénario.

Et le fait est que, effectivement, le scénario est vraiment bon. Vous avez là tous les ingrédients nécessaires à une histoire d'aventures dynamique et rythmée, de la formation de l'équipe jusqu'à un dénouement original qui laisse une porte ouverte, non pas à une suite mais à l'imagination du lecteur. Les multiples rebondissements, parfois loufoques et toujours explosifs, contribuent à ce rythme. On reprochera peut-être le manque de profondeur des personnages mais il est toujours difficile de créer des personnages complexes sur un on-shot de - pourtant - près de 120 pages.

Au dessin, le dessin de Laurent Astier est très plaisant. Les personnages et leurs émotions ainsi que les décors sont bien foutus et l'action est bien retranscrite. L'originalité du dessin porte sur l'alternance entre le jour et la nuit où le fond des planches alterne entre blanc et noir. A noter que l'album existe en couleurs (Laurence Croix aux pinceaux) ou en noir et blanc, en fonction de vos préférences. Finalement, Comment faire fortune en juin 40 est un bon album d'aventures, fort plaisant à lire. 

Texte © Alfie's mec, 2015.
Couvertures : Comment faire fortune en juin 40, Dorison, Nury, Astier (Croix pour les couleurs), Éditions Casterman, 2015.