Demande, et tu recevrasMilo Burke travaille au service chargé des subventions dans une université américaine. Marié, père attentif de Bernie, il a oublié ses ambitions de peintre derrière son bureau sans saveurs. Jusqu'au jour où pour conserver le dit boulot, il va devoir renouer avec un vieil ami fortuné et se plier à diverses exigences.

Demande, et tu recevras est typiquement le genre de livre vers lequel je ne me serai pas dirigée d'emblée dans une librairie. Mais comme il est arrivé comme un grand dans ma boîte aux lettres, j'ai laissé parler la curiosité et me suis plongée dans ce roman américain publié initialement il y a cinq ans mais sorti en France uniquement cette année. Bien m'en a pris, car l'écriture de Sam Lipsyte est un régal d'ironie et de cynisme grinçant.

L'auteur porte sur les États-Unis d'aujourd'hui un regard dénué de compassion et qui m'a semblé fortement réaliste. On y croise des adulescents plus très surs de leurs valeurs, perdus entre les principes hérités de l'éducation post-soixanthuitarde de leurs parents et des concepts plus rétro, embarqués dans une vie quotidienne parfois très éloignée de leurs rêves et idéaux de jeunesse, mais aussi des vétérans de l'armée tellement jeunes et déjà tellement bousillés par la vie, des âmes perdues qui errent de parcs en cafés en attendant le moment de rentrer dans le cagibi qui leur sert d'abris... Bref, une vision de l'Amérique plutôt éloignée de celle du rêve américain...

Milo n'est pas un héros brillant, ce serait même plutôt un anti-héros, mais il se révèle le reflet de notre société, pion déplaçable à l'envi, victime des décisions prises en sous-main, incapable de prendre en main son destin déjà dirigés par de plus puissants que lui... Quant à son couple, là encore Milo reflète sa génération : comment rester un couple quand l'enfant arrive, comment concilier vies professionnelles, vie parentale et vie de couple, comment réinventer le quotidien avant qu'il ne soit trop tard...

Alors qu'il pourrait apparaître comme un roman déprimant, noir et désabusé, Demande, et tu recevras n'a fait que me convaincre une fois de plus de la nécessité de prendre nos vies en main, d'être les acteurs de nos destins, de ne compter que sur soi pour avancer, ce qui n'empêche pas de regarder autour de soi et de faire en sorte d'avancer à plusieurs... Bref, une lecture surprenante, inattendue, mais portée par une plume brillante et un style génial.

Mes remerciements à Fabienne, l'attachée de presse des éditions Monsieur Toussaint Louverture, pour cette découverte !

Texte © Miss Alfie 2015. 
Édition présentée : Demande, et tu recevras, Sam Lipsyte, traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Martine Céleste Desoille, Éditions Monsieur Toussaint Louverture, 2015, 410 pages.