Piège pour un éluLorsque l'équipe de Rebus fait une descente dans une maison close de New Town, elle ne s'attend pas à y trouver l'un des députés du secteur en charmante compagnie. Rapidement, la presse s'empâre du scoop, tandis que Rebus doit mettre la main sur de vieux livres volés à un bibliophile et que le reste de l'équipe tente de lever le voile sur le mystère de la noyée de Dean Bridge...

Si je vous dis que plus ça va, plus Rankin s'améliore, vous me croyez ? Pourtant, j'ai bien l'impression que je tiens là une réalité... Après avoir été un peu en froid avec Rebus et l'avoir redécouvert avec plaisir dans La colline des chagrins, je suis repartie vers le début de la série pour reprendre un peu l'évolution du personnage. Piège pour un élu est donc la quatrième enquête de John Rebus.

Rebus est confronté à trois "enquêtes", deux officielles et une qui lui trotte dans la tête : si les journalistes étaient présents lors de la descente au bordel, c'est qu'ils avaient été prévenus, et que la présence du député n'était sûrement pas fortuite. A partir de là, on le sait, Rebus a l'habitude d'aller fouiner là où il ne faut pas et de mettre le nez dans le linge sale des familles. Il m'a, je l'avoue, manqué le côté historique présent dans La colline des chagrins, mais j'ai malgré tout bien apprécié cette lecture qui m'a permis de parcourir la route qui traverse le parc national des Cairngorms et de loger avec Rebus dans un B&B so kitch !

Côté enquête, évidemment, les trois intrigues ne sont pas sans lien les unes avec les autres. Lesquels ? Ca, je vous laisserai le deviner. Et j'avoue que pour le coup, j'ai réussi à me laisser porter sans élaborer d'hypothèse confirmée à la fin. Une fin qui d'ailleurs rappelle combien certaines enquêtes laisseront parfois des questions sans réponses...

Texte © Miss Alfie 2015. 
Édition présentée : Piège pour un élu, Ian Rankin, traduit de l'anglais par Frédéric Grellier, Éditions Livre de poche, Collection Policier / Thriller, 2005, 416 pages.