NDJP_COUVA 88 ans, Buck Schatz est désormais retiré dans une maison de retraite après des péripéties un petit peu trop rock'n'roll pour son âge. Sauf que, pas de chance, une vieille connaissance vient lui rendre visite. Elijah est rescapé des camps de concentration et un braqueur notoire contre qui Schatz s'est battu des années auparavant. Mais Elijah lui demande maintenant de lui sauver la vie...

Le truc quand on sort un bouquin réussi avec un pitch original, la tentation (de l'auteur ? de l'éditeur ?) est d'en sortir un deuxième sur la même veine. Aussi, les péripéties dont je parle dans le pitch sont racontées dans le premier ouvrage de Daniel Friedman qui, effectivement est très réussi. Du coup, tac, on met Buck Schatz à la maison de retraite mais on le ressort pour une nouvelle aventure. Un peu casse-gueule, donc, de reprendre les clés du succès, non ?

Hé ben non. Force est de constater que la même ambiance et le même personnage cyniquement drôle sont réutilisés avec réussite. Dans ma précédente chronique, je parlais du personnage principal comme "adorable : cynique, presque asocial et franchement misanthrope, bref, toutes les qualités nécessaires chez un homme." Et effectivement, l'intérêt de ce roman porte sur ce personnage particulier et sur cette narration complètement trash. La petite différence avec le premier tome repose dans de fréquents aller-retours dans le temps, entre l'époque actuelle et les années 60 où Buck Schatz rencontre son meilleur ennemi Elijah.

L'histoire est encore une fois bien rythmée, le roman est de fait un excellent page-turner avec des chapitres souvent courts, une histoire bien foutue, des rebondissement, bref, tout ce qu'il faut pour avoir une lecture fort agréable. A noter que les droits du premier opus ont été achetés en vue d'une adaptation cinématographique. En attendant, vous pouvez sereinement vous plonger dans la lecture de ces deux romans afin de suivre les aventures passablement déjantées de cet inspecteur Harry bien trash.

Texte © Alfie's mec, 2015.
Couverture : Ne deviens jamais pauvre !, Daniel Friedman (trad. : Charles Recoursé), Éditions Sonatine, 2014.