Chroniques birmanesAlors que sa compagne est affectée pour une mission en Birmanie, Guy Delisle l'accompagne avec Louis, leur petit garçon. Carnet de voyage dans l'une des dictatures du monde...

Après avoir découvert Guy Delisle à Jérusalem, j'ai embarqué cette fois pour le Myanmar, ou la Birmanie tel que nous nommons ce pays en France. Dans cet opus précédant la mission à Jérusalem, Guy Delisle utilise les mêmes ressorts narratifs : par le biais d'anecdotes de la vie quotidienne, il raconte les supermarchés approvisionnés de manière irrégulière, les coupures intempestives de courant (enfin, intempestives, tout dépend du quartier où vous vivez en fait !), la chaleur difficilement supportable et la saison des pluies, les temples bouddhistes et les cercles d'expatriés.

En posant sur ce qui l'entoure un regard faussement naïf, Guy Delisle met en évidence les absurdités et les incohérences d'un régime dictatorial. Si le début de cet album est essentiellement consacré à la vie quotidienne, à la prise de marques de Guy Delisle dans son nouvel environnement, peu à peu il vient à décrire également le rôle des O.N.G dans ce pays, les difficultés qu'elles peuvent rencontrer mais aussi les choix qu'elles sont parfois amenées à faire, comme M.S.F qui finira par se retirer du secteur, estimant que son rôle n'est pas de remplacer un État qui affiche clairement laisser aux O.N.G le soin de s'occuper des populations plutôt que de remplir cette mission qui lui est théoriquement dévolue.

Porte d'entrée sur des univers parfois peu médiatisés (en tout cas, je connais moins la question birmane que celle de Jérusalem), ces chroniques de Guy Delisle permettent au lecteur d'appréhender de manière simple mais finalement très pertinente les problèmes locaux.

Texte © Miss Alfie 2015. 
Édition présentée : Chroniques Birmanes, Guy Delisles, Éditions Delcourt, Collection Shampooing, 2007, 262 pages.