TTP_COUVPaul Lafargue joue le rôle d'un commercial dans une grande multinationale. En effet, en raison d'un passé et d'un licenciement brutaux, il n'est dans cette société que pour assouvir une vengeance envers François Pelletier-Raillac, le PDG. Et la vengeance est plutôt simple : tuer le patron.

Racontons comment ce livre de début 2012 s'est retrouvé entre mes mains seulement maintenant. A l'époque, le dealer m'avait parlé de ce livre, du coup de poing qu'il avait été pour lui et d'une dédicace qu'il organisait avec le dessinateur. Mais bon, pas attiré, pas de coup de coeur, j'ai laissé passer. Et en 2015, à Lyon, aux Quais du Polar, je croise sur le stand BD Efix, le dessinateur. Je refeuillette le livre et, oh pis mince, quoi, si le dealer te l'a conseillé à l'époque... Du coup, en sus du livre, j'ai la chance d'avoir eu un échange avec l'auteur et une jolie dédicace.

Autre précision pour les curieux à l'oeil acéré. Sur la couverture, le sous-titre de l'ouvrage est "Putain d'Usine - 3". Logiquement, on est en mesure de se demander s'il sagit du troisième volet d'une trilogie. La question a fait sourire Efix qui m'a expliqué le fond du truc et, du coup, les erreurs éditoriales. En fait, Jean-Pierre Levaray avait écrit un premier ouvrage, Putain d'Usine, puis un second, les Fantômes du Vieux Bourg, sur la vie ouvrière et ses à-côtés. Mais les livres n'ont aucun rapport entre eux. Simplement, comme le sujet est le même, l'éditeur a rajouté ce sous-titre. Donc, n'ayez crainte, vous pouvez lire Tue ton patron indépendamment de tout autre livre.

Vous aurez ainsi à faire avec l'histoire et les états d'âme de Paul Lafargue. Il était un salarié syndicaliste de FFI, multinationale que l'on peut aisément associer à un mix de Total, L'Oréal et/ou Sanofi. A la tête de cette multinationale, un patron prétentieux qui s'est créé une cour autour de lui pour mieux régner sur son empire. Le licenciement de Lafargue pour mieux délocaliser et augmenter les profits va engendrer chez l'ancien salarié une volonté de vengeance. Cependant, entre la volonté de se venger et la capacité à assouvir cette volonté existe un monde qui fait que Lafargue va hésiter, renoncer, repartir, tout ça à l'aide de subterfuges pour connaître les moindres secrets du PDG pour mieux le piéger. 

L'histoire gagne ainsi en intensité au fur et à mesure. Parviendra-t-il à ses fins ? Comment ? Quand ? Quelles seront les conséquences de son geste ou de l'abandon du projet ? Etc. Le scénario est bien foutu, puissant, intense, bref, une réussite. Quant au dessin, l'originalité tient au fait que le livre est pour sa plus grosse partie imprimé en noir et blanc et sur des pages noires. Cela permet de jouer sur les contrastes et de rajouter à l'ambiance pesante de l'histoire. Le découpage est atypique, entre double planche de paysages, chevauchement de cases et un découpage plus classique en cases. Le trait des personnages est classique et agréable, les décors sont quant à eux crayonnés. La différence et la superposition ponctuelle des deux styles ne choque pas et est même plutôt agréable. Tue ton Patron est au final est un excellent thriller qui se lit avec plaisir et qui amène à réfléchir sur l'économie moderne et l'humanité / l'humanisme dans les grands groupes industriels.

Texte © Alfie's mec, 2015.
Couverture : Tue ton patron, Jean-Pierre Levaray, Efix, Éditions Fetjaine (Groupe La Martinière), 2012.